« Tartufferies, clauses de cession et idées saines | Accueil | 2005, année du retour à l’optimisme ? Bof... Faut voir »

vendredi 24 décembre 2004

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ce qui est le plus mystérieux, c'est qu'il y en a dans les bus !

Les voies (du métro) sont impénétrables.

Les "poignées permettant au passager de s’ancrer à un point fixe en cas de station debout aux périodes de forte affluence" portent le doux nom de "poignées parisiennes". C'est dire si j'apprécie l'ironie de ce billet sur la disparition des poignées parisiennes comme exception française! Mais je ne peux résister à l'envie d'apporter quelques grains de sel.

Une enquête de CBS avaient montré que plus de la moitié des utilisateurs de métro aux US ne posent jamais les mains sur ces "réservoirs de germes". La disparition des poignées parisiennes serait-elle alors une tentative française visant à rehausser le standard hygiénique du pays, ou vise-t-elle simplement à renforcer l'image archétypale du français ayant un penchant immodéré pour les contacts interlopes, entre personnes soi-disant à la recherche de leur équilibre?

La présence de barres d'appui verticales mais aussi horizontales dans les rames, y compris au plafond, montre que leurs concepteurs (Alstom et Bombardier) ont pensé à l'équilibre des infortunés ayant à endurer la station debout. Toutefois, elles sont si hautes qu'elles sont de peu d'utilité en l'état, à moins de considérer que si les places assises sont réservées en priorité aux femmes enceintes et vieux recroquevillés, les places debout sont réservées en priorité aux basketteurs. Dans une optique Lamarckienne, on peut aussi considérer que c'est une tentative délibérée de faire grandir les parisiens. Une autre hypothèse étant que les "poignées parisiennes" ne sont que des options, rattachables aux barres évoquées ci-dessus (la climatisation aussi est une option), et que l'impécunieuse RATP n'avait pas les moyens de se les offrir!

J'ai souvent vu à New-York les usagers prendre ces installations (barres et poignées) pour des accessoires de salle de musculation. Or si les exercices de traction sur les barres présentent peu de danger pour les usagers du métro, il n'en est pas de même des exercices aux anneaux; c'est peut-être la raison pour laquelle les nouvelles rames du subway de NYC (modèle MR102 Bombardier, comme les caisses de la nouvelle MF2000 de la RATP) n'ont plus de poignées parisiennes mais des barres abaissées.

Bon sang, ce type est aussi fou que moi !

Joyeux Noël

Se battre ou fermer les yeux ?
Doit-on lutter pour exiger le retour des poignées parisiennes ?
Et alors ensuite c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres !
...
Aaahhhh... je baille. Salut ! Sympa ici.

Tout à l'heure, en prenant la ligne parisienne n°1, Château de Vincennes-La Défense (le fameux "boa", appellation RATP), je repensais à ton post. Erreur ! il y a bien des barres métalliques dans les allées. Une exception à l'exception !

Cyrille,
Oui, il faut continuer à se battre. Se battre pour que notre passage sur terre ait un sens. Et si notre passage sur terre doit avoir un sens, il vaut mieux se placer dans celui de la marche pour ne pas avoir mal au coeur (surtout s'il n'y a pas de poignée).

Dominique,
Une exception à l'exception, c'est ça la France !

Babouze,
... et bonne année !

Métro, c'est trop !

Ce n'est pas français c'est parisien.

Le métro lyonnais est bien moins sujet à cela.

(-;

Si je ne m'abuse, cela aurait plus d'influence durant notre passage sous terre. (et non pas sur, comme on peut lire en commentaire ci-dessus)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004