« And now for something completely different… | Accueil | Les épatantes aventures du choc salutaire pro-européen et progressiste »

mardi 14 juin 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je fais remarquer à notre éminent ethnologue que, quoique typique des années 60, le Bunny's est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Philippe[s],
Exact. Je n'avais pas remarqué ce formidable exemple de générosité de la part des patrons du Bunny's à l'égard de leurs clients souffrant de difficultés de déplacement. Mais il est normal que les personnes les plus sensibilisées à l'hygiène le soient aussi au handicap. Lançons leur un grand bravo.

Je croyais que tu avais arrêté de fumer ?

Paxa,
Oui, absolument. Mais ça ne m'empêche pas d'être intrigué par ce genre de phénomènes. Au contraire, même...

Du dessin en haut à gauche nous devinons que Germaine sait travailler son clitoris à l'aide une brosse à dents électrique.
Les Fwançais sont sales, malhonnêtes, alcooliques et obsédés sexuels. Et en plus ils ne veulent pas faire la guerre. Sale race.

Cher anonyme,
J'adore ces commentaires spirituels qui forcent à la réflexion. Ce que vous déduisez du comportement de Germaine est tellement pertinent que je me demande comment j'ai pu ne pas le voir moi-même en illustrant ma note. Revenez autant de fois que nécessaire pour me remettre les idées en place.

Salut, c'est moi anonyme, désolé mais une fois le texte corrigé après aperçu, le formulaire s'est effacé (et il n'y a pas de cookie pour le retour). Je suis par ailleurs positivement enchanté d'avoir fait transpirer ce non-dit de dessous de couette ; maintenant sérieusement : Dans mon lecteur de Feed ce dernier sujet refuse obstinément de s'afficher.
logiciel = AlertInfo-geste, lien du fil http://hugues.blogs.com/commvat/atom.xml

Est-ce que d'autres rencontrent ce problème ?

Votre billet est comme une ode au rade. J'adore.

Cette histoire de cendrier sur le bar m'intrigue depuis toujours. Je l'avais interprêté comme une simple manifestation de l'esprit d'optimisation de l'effort du bistrotier parisien : plutôt que d'obliger le barman à nettoyer périodiquement son bar des cendriers et autres papiers de sucre, billets Rapido ou PMU, on balance, et une fois par service, hop, on enlève tout d'un coup.

Pour ceux qui tiennent absolument à boire un coup dans un bar *avec* cendrier sur le bar, il y a toujours l'ex-Flower, devenu Comptoir du Panthéon, en face ... du panthéon (et de la fac de droit). Ils ne sont pas sympa (le nouveau patron est même franchement raciste), c'est cher, mais il y a des cendriers sur le bar. D'ailleurs, la seule fois où j'y ai mangé autre chose qu'un sandwitch, j'y ai choppé une intoxication alimentaire. Normal : les cendriers sur le bar !

Gagarine,
Il me semble que la moindre des choses serait de dénoncer immédiatement ce cafetier aux services d'hygiène de la ville de Paris. Un cendrier sur le bar, non mais des fois ! On n'est pas en province ici... On a du savoir-vivre.

Belle description des troquets français, de Paris et d'ailleurs. Je croyais être le seul à me dire ce genre de choses...
Ceci dit, les cafés branchés parisiens, est-ce vraiment mieux ?

dans les années 81, j'allais chez Costes dans le
quartier des halles: les toilettes étaient sublimes, certes le café se payait, mais pas plus
qu'ailleurs. j'avais fait mon choix, et puis on
voyait des petits jeunes qui ne se la pétaient pas comme aujourd'hui-;)

J'arrive bien après la guerre sur ce post, mais il me semble qu'il y a aussi une règlementation interdissant les cendars en verre sur le zinc en cas de baston, y a pas de cendar sur le bar mais souvent en salle.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004