« Cliffhanger estival | Accueil | Rentrée des blogs »

mercredi 17 août 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Il était en effet temps que ce blog consacre quelques lignes à une question dont on ne mesure pas assez l'importance ni les enjeux politiques internationaux : http://insidetheusa.net/2005/07/20/scandale-a-la-maison-blanche.

Il était temps que notre ratiocineur, euh, vaticineur, s'attaque à un vrai sujet de fond. Dans le même ordre d'idées, je propose:
- le maillot de bain moule-boule
- la sacoche pour homme
- le téléphone porté à la ceinture
- les coupes de cheveux de footballeurs allemands
Que de débats enflammés en perspective... A côté, le débat sur la constitution risque de passer pour un robinet d'eau tiède.

Mais, avec les bas de contention on ne peut plus mettre ses sandales :o(

El,
Je suis allé voir ton lien. Mais je crois qu'il est très important de distinguer la problématique de la tong de celle de la sandale. Les gens ont tendance à confondre les enjeux et c'est bien dommage...

Sasa,
Excuse-moi pour la futilité de mes préoccupations. J'essaierai, à l'avenir, d'introduire une dimension politique à mes vaticinations, voire mes ratiocinations, les plus anodines.

Quoique,
Les bas de contention, je n'y suis pas encore. Laisse-moi un peu de temps.

C'est un de tes meilleurs posts !! L'un de ceux que je peux comprendre sans me connecter sur Publius ou téléphoner à un joker. Mais j'ai cliqué sur ta sandale et là, je peux dire que t'as exagéré. T'as choisi un modèle 4X4 hyper lourd... Tu prends des risques esthétiques énormes. je ne sais pas ce qui t'a pris Hugues !!!

Sinon, merci pour cette phrase désormais légendaire : "Au final, comment être certain de sélectionner le modèle qui signalera au reste du monde, sans la moindre ambigüité, que vous portez peut-être des sandales, c'est vrai, on ne va pas tourner autour du pot ou se voiler la face, mais que vous n'êtes ni demeuré, ni spécialiste de la programmation en Cobol, ni étudiant à Göteborg..."

Désolé, Hugues, mais, vraiment, le choix de ces sandales pseudo athlétiques, est vraiment d'un mauvais goût fini. Il fallait m'appeler, je t'aurais aidé dans un choix relativement plus esthétique, sans sourciller sur les essentielles notions de confort (surtout vu le prix que tu as mis : 69.95€) :
- soit une rondini, la tropézienne emblématique, dont certaines modèles (surtout les tongs), sont très belles sur de nombreux pieds;
- soit une mule en cuir chic, d'une marque italienne, qui t'aurait permis de te démarquer, en arborant une simple et large bande de cuir noir de qualité, là où les autres disposent des mélanges de nylon, toile, caoutchouc dans des dessins tourmentés;
- soit une simple pair de tongs, en plastique, brésiliennes (c'est l'année du Brésil) de la marque Gios Eppo...
Non, vraiment, il y avait des alternatives à cette trailmeister (nom abominable mélange anglo allemand insupportable). Ta nouvelle activité de marathonien ne doit pas transpirer sur toutes les composantes de ta vie. Et, à ton âge, il me semble justement plus que nécessaire de conserver stylme et charme dans ta vie. Tu as toutes tes années de retraite pour porter des chaussures méphisto et des vestes de reporter. Profite des tes années de quarantenaire pour apparaitre avec élégance et style devant madame.

Enfin, question : quelles chaussettes as-tu choisi pour aller dedans ?

Très d'accord avec le commentaire de Versac. Vraiment.

Je fut un temps vendeur du type de sandales dont vous vous rendîtes acquéreur, et franchement, si je vous décrivais la clientèle qui lorgnait sur ces semelles lourdaudes garnies de lanières d'une grosseur ridicule, vous pâliriez de honte. Ces sandales de pseudo-randonneurs (car c'est bien leur destination-mais allez donc faire un GR avec ça), dans le fond, c'est un peu le tunning du marcheur.

Alors que la mule, ah là pardon! La classe internationale. Simple, confortable, évitant le piège de l'effet de mode (je suis peu porté sur les brésiliennes - les tongs je veux dire), bref, bon goût et bien-être réunis pour un prix souvent modique. La comparaison est vite faite.

Si je peux me permettre, Bruce Willis, il sauve l'immeuble pieds nus, puisqu'il s'enlève même tout seul les bouts de verre enfoncés dans sa voûte plantaire suite à la vilenie du méchant terroriste qui se rappelle que Bruce a justement perdu ses tongs et fais exprès de faire péter une baie vitrée de 20 m de long avec sa grosse mitraillette juste pour que Bruce marche sur les éclats et se fasse bobo. Le vil méchant!

Vinvin, Versac,
C'est bien le problème, je n'avais pas la moindre idée des critères de choix raisonnables pour un achat aussi con. Au final, j'ai donc trop dépensé pour avoir l'air d'un porteur de Méphisto tout l'été. Et en plus, comme ces foutues Trailmeister ont l'air d'être particulièrement robustes, je vais probablement me les taper jusqu'à l'obtention de mes 43 annuités de cotisations retraite, période ma vie à partir de laquelle je pourrais effectivement envisager la combi sandale / chaussettes. Mais c'est la vie, on n'y peut rien. Je n'ai jamais eu le moindre goût en matière vestimentaire.

Pikipoki,
"Le tuning du marcheur" ? Bon sang, j'en suis donc là ?

Sharky,
Effectivement. Je ne m'en suis pas souvenu en écrivant la note. Mais ça n'est pas forcément contradictoire. Pieds nus, on peut évidemment sauver le monde. Regarde Rahan, le fils des âges farouches : toujours pieds nus. Mais en sandales... No way !

Petite transaction avec soi... ou comment se duper soi-même sans être incrédule pour autant !

La sandale... la fameuse confession de la sandale! Tant désirée, orgueilleusement lu, elle laisse un goût amer - pardonnez l'expression. La sandale tombe mal ! Elle sent trop le retour de vacance et le manque d'idée de la rentrée. Dommage, le sujet était suffisamment sérieux pour éviter une concordance fâcheuse.

Pourtant, à travers cette défense et illustration du va-nu-pieds contemporain, émaillée de photographie de bon aloi, nous retrouvons toujours, entres les mots et les tournures, notre Hugh national, comme on l'aime, ce petit trafiquant des petits comme des grands moments de la vie. Ici, ce n'est pas la première gorgée, mais le premier coup de pompe du quarantaine qui réalise qu'il n'a plus tout à fait 20 ans. Le largage de la ceinture abdominale n'est pas loin. Encore que, connaissant Hugh, ce n'est pas pour toute de suite.

Quand on te lis, on se dit, soit que tu vieillis en refusant de vieillir tout en acceptant de changer, mais pas-parce-que-je-vieillis-mais-parce-qu'il-n'y-a-que-les-imébciles-qui-ne-change-pas-de-chaussures, tout en prenant un virage libéral (c'est le cas de le dire: Petons de tous pays, sandalisez-vous!) style confortable jusqu'au bout des ongles, soit que tu viens de mettre à nu le mécanisme de la petite honte ordinaire et de la machine à désinhiber...

Toujours est-il que je me retrouve dans ce cas minime de conscience sans envergure. Mais la vraie question n'est-elle pas celle-ci : Les as-tu, comme toute chaussure neuve, portées le soir chez toi au lieu de tes pantoufles, pour regarder la télé, fier comme un paon ?...

Amis lecteurs,
A la demande générale, j'ai remplacé le lien vers le catalogue en ligne de Décathlon, apparemment difficile à charger, par une très belle photo d'une paire de TrailMeister. Il me semblait en effet important de pouvoir lire ce texte en toute connaissance de cause.

J'ai par ailleurs supprimé la photo de ce gros type en short, sandales et chaussettes, considérant qu'un lecteur de passage pourrait s'imaginer qu'il s'agissait d'une photo de l'auteur. Veuillez m'excuser pour ce terrible accès de vanité.

Bruce Willis peut porter un jean sale et un tee shirt d'un blanc douteux dans Pulp Fiction et rester une icône sexuelle par contre je doute que son aura résiste à la présence de sandales.

Je vis avec un résistant qui refuse d'envisager même l'idée et il faut avouer que je ne lui en propose jamais. Etes-vous certain de vouloir persévérer ?

Ttt ttt ttt... Je n'ai jamais compris ce qui pouvait plaire dans ces sandales soi-disant sportives, qui restent sandales sans vouloir se l'avouer.

Alors qu'une bonne paire de Birkenstock, le modèle de base, simple, nonchalant, robuste et si confortable...

Moi qui en ai usé une paire du fond de mon hamac à des rochers d'escalade, des trottoirs de Paris aux rochers sous-marins martiniquais (auxquels elles n'ont finalement pas résisté), je ne pourrais plus m'en passer. Je viens d'en racheter une paire à l'identique.

Concernant ce délicat problème je me permet en tant que membre de la gent féminine d'apporter ma modeste contribution.....
je suis dans le même état d'esprit que Sophie c'est à dire les sandales c'est non !
Je me suis souvent arrètée devant les vitrines de magasins de chaussures, perplexe quant aux modèles masculins exposés, me demandant comment j'aurai pu faire avec un chromosome Y... j'ai aperçu une seule fois des sandales portées par un homme et néanmoins respectables ; c'était dans un magazine orienté vers un public gay,coté photo de mode façon les dieux de l'olympe.Sandales à fines lanieres de cuir ambré qui montait sur une jambe certe musclée mais sans doute fruit d'une retouche photographique pour le galbe et la pureté du grain de peau.
Bref ce qui n'existe pas dans la vraie vie de tous les jours....
Enfin pour en finir des tongs me semblent la seule alternative possible à votre problème!elles peuvent arborer une ligne assez belle et être fidèle à la volonté de légereté première...ensuite une couleur noire unie et ds pieds un peu soignés justifieront cette audace.
voila, si j'ai pu aider des pieds à retrouver leur liberté..... bon été!!

c dommage!
d etre aussi "bute"!!!
essayez les "rondini", je pense, qu avec un peu de patience et de volonte, vous changerez d avis!et l on pourra vous dire..."bienvenue au club"!!!!!
genc

c dommage!
d etre aussi "bute"!!!
essayez les "rondini", je pense, qu avec un peu de patience et de volonte, vous changerez d avis!et l on pourra vous dire..."bienvenue au club"!!!!!
genc

Bonjour.
J'adore porter des sandales, bien que je sois un garçon car il n'y a rien de plus confortable en été. Je pense que le principal, c'est de se sentir bien. Au diable, les regards des autres.
D'ailleurs, je peux vous assurer qu'on ne m'a jamais dit que je ressemblais à une gonzesse lorsque je porte des sandales. Il y a des modèles typiquement masculins.
Le port de la sandale rentre dans les moeurs, alors n'hésitez pas à vous sandaliser! Avec le temps, vous en prendrez l'habitude.


J'adore avoir les pieds à l'aitre et en été j'ais toujours porté des sandales

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004