« La faute du pasteur Jospin | Accueil | Université d’été de l’UDF : la gauche, oui, but not as we know it... »

mercredi 30 août 2006

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c688253ef00d834b0815853ef

Voici les sites qui parlent de Rentrée littéraire : hausse record du nombre de marronniers :

» Carisoprodol phentermine yellow. de Carisoprodol phentermine yellow.
Buy carisoprodol. [Lire la suite]

» Milf sex. de Milf sex.
Milf sex. [Lire la suite]

» Levitra. de Levitra and cheating men..
Buy sublingual levitra online. Online pharmacy cost levitra. Viagra vs. levitra. Levitra attorneys. Cialis viagra levitra. Levitra. How to take levitra. [Lire la suite]

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Raaah, prem's (depuis que j'ai Netvives, j'aime être prem's).
Bon, ben tu me rassures mon Hugues (en fait, je sais que tu n'est pas mon Hugues, c'est une licence amicale que je me permets là). Peut être que je vais arrêter de faire ma timide et me lancer dans l'écriture de mon 1er roman ...
Sinon, comme je le disais là (http://www.laloute.net/index.php?2006/08/23/292-soif-de-lecture-vertige-de-l-ecriture) Télérama a fait un bon dossier sur les écrivains.

Tu n'es (et pas tu n'est) pas mon Hughues, le lecteur aura rectifié de lui-même. Pas gagné l'écriture pour moi tout de même :-s

Comment? Vous dîtes que 18,4% des internautes Français ont ouvert un blog, et que vous n'avez pas pu tous les lire?

Je suis ravie de voir qu'il n'y a pas que moi qui trouve affligeant la pause estivale imposée. De plus ce n'est pas parce qu'on est en vacances qu'il faut obligatoirement y mettre aussi son cerveau.
Quant au grand nombre de publications, je trouve que c'est plutôt une bonne chose, chacun peut y trouver son bonheur.

"L’édition étant une activité économique comme les autres"
Si c'est vrai, je me demande bien ce qui peut provoquer le bourgeonnement de tous ces marronniers ? Parce qu’en y réfléchissant bien, je n’ai pas lu beaucoup de papiers se lamentant de la mercantilisation du commerce des écrous et des boulons.

"ils n’ont pas choisi, comme nous, de placer leurs cerveaux sur pause le temps d’un séjour balnéaire à dates fixes."
Surprenant, et moi qui étais persuadé que c'est en été, lorsqu'ils sont en vacances, que les français lisent le plus, comme d'ailleurs les allemands, anglais et autres toltèques, toutes origines ethniques et confessionnelles (ou préférences sexuelles, ça va sans dire) confondues.

Sasa,
Moi, j'en ai un en train mais je n'avance pas beaucoup et je vais rater la période fatidique à laquelle il devait être publié pour influencer la marche du monde.
http://hugues.blogs.com/commvat/2005/06/commentaires_va.html#

Leblase,
Je n'ai pas "voulu" les lire tous, nuance.

Christine,
Moi, mon cerveau n'est jamais en vacances. Il m'arrive d'avoir le regard vacant, mais c'est une ruse.

El,
Bof, je suis persuadé que, chez Attac, on trouverait le moyen de gueuler que les écrous et le boulons "ne sont pas des marchandises"...

Damien,
My point exactly : les gens n'ont pas envie que la vie s'arrête parce que c'est les vacances. Et ils ont le temps de lire, mais les livres ne sortent pas, les librairies ferment et les journaux se tranforment en tracts d'une dizaine de pages. Quel est ce mystère ?


Je vais acheter mes livres le 31 septembre ;) (à corriger dans ton texte, et supprimer ce commentaire inutile :) )

Sinon, bah, il y en qui ferme boutique en été, des journaux, des hebdos, car, quand la France est en vacances, le temps s'arrête ailleurs.

Ayoub

Merci pour cet article distrayant et instructif !

On peut aussi voir ça autrement : si les français lisent plus en vacances, il faut bien qu'ils refassent leur stock personnel en septembre :D
Enfin j'dis ça parce que, moi, j'ai toujours une pile de bouquins en attente de lecture :o

Ayoub,

La date est rectifiée, merci. Mais j'ai toujours eu un problème avec ces trucs... Il aurait fallu en rester au calendrier républicain, avec ses douze mois de trente jours.

Tout a fait d'acord avec cet article. Le nombre de romans publiés chaque année n'a rien d'extravaguant, après tout s'ils étaient bien répartis, cela n'en ferait qu'une quizaine par semaine. Le mystère c'est ce concept saugrenu de rentrée littéraire (qui tombe d'ailleure pile poil au moment ou la plupart des gens ont le moins de temps pour lire des romans) Imagine-t-on une rentrée cinématographique pendant laquelle tous les films de l'année sortiraient en même temps? (Avant un grand désert...) C'est incompréhensible. Et même l'explication de l'embouteillage par la proximité des prix littéraires de l'année ne tient pas (cf le cinéma qui a aussi ses "prix")

Le phénomène de la rentrée est en effet une spécificité typiquement française et s'explique en partie par le regroupement des prix littéraires les plus importants entre les mois d'octobre et de novembre. Il faut être dans la course. A noter que les romanciers les plus importants ou déja primés sortent plutôt au cours du premier trimestre.
Autre spécificité : Ce n'est pas tant le nombre de livre qui sort qui fait problème mais le fait que plus des trois-quarts de ces ouvrages ne se vendront pas et que les éditeurs le savent !!! So why ? Economie aberrante ? Pas tant que ça. En fait il s'agit tout simplement de l'institutionalisation d'un systeme de cavalerie. Par le système des offices (le libraire n'a pas le choix des livres qu'il vend, l'éditeur lui impose les titres et les quantités) le libraire fait l'avance de trésorerie à l'éditeur. Le libraire est forcé de payer avant de voir. Pour que le sytème fonctionne, compte tenu de la baisse du nombre des lecteurs, l'éditeur a tout intérêt à sortir un maximun de titres, et comme dans tout système de cavalerie de plus en plus de titres dans une sorte de fuite en avant. Il va de soit qu'un tel système finira un jour par exploser !

Ajout : Et si système n'a pas déja explosé, c'est en grande partie grâce au prix unique.
D'autre part le rapport de force éditeur- libraire dépend bien entendu de la taille de ce dernier. Les remises consenties à la Fnac sont sans commune mesure avec celles consenties à un libraire de quartier.

Excellente analyse qui permet d'aller à l'encontre de plusieurs idées reçues.
C'est vrai que l'idée selon laquelle la profusion serait l'ennemie de la qualité est assez répandue. Par contre, je n'aimerais pas être critique littéraire... même si je ne pense pas qu'ils se sentent obligés de tout lire eux aussi.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004