« Barrages de caniveau | Accueil | Ponce Pilate, où est ta victoire ? »

mardi 29 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bien dit, quoique la responsabilisation des medecins ne soit pas absolument antithetique d'une action sur la demande de medicaments. Les domaines d'application de cette franchise me surprennent vraiment... Quant au deremboursement des potions magiques sans SMR, il n'est pas prevu de le continuer, dixit Mme Bachelot.

Il y a peu, mr Hirsch, ci-devant demi-membre de gauche d'un gouvernement de droite, s'indignait de l'intolérable dureté de la sarkozyste franchise. Heureusement, mr Hugues hurle heureusement à l'INSUFFISANTE dureté desdites sarkozystes franchises pour pour réduire le trou de la Sécu. Encore un effort, mr le Président, sortez-nous une vraie grÔÔÔÔsse franchise de votre auguste chapeau, vous perdrez quelques voix du côté des médecins que vous récolterez au centuple chez les blogueurs bockeliens.

Meilleurs salutations à HS, qui est me semble de plus en plus catholique et conservateur, ce qui emplit mon coeur de joie.

P.S. : 150, hum... hum... seulement dans les rêves de certains...

Hughes, je lis habituellement avec plaisir votre blog jusqu'à ce soir.
Je suis médecin généraliste en province et je me demande si vous connaissez bien la profession "dans le monde réel".

Je vous cite :

"l’un des blocs de clientèle électorale les plus puissants de l’UMP : les prescripteurs eux-mêmes"
Je ne connais pas le % des médecins généralistes ayant voté UMP mais personnellement, j'ai voté à gauche.

"ignorants du pouvoir des génériques"
Nous décidons de la molécule qui doit être prescrite mais ce sont les pharmaciens qui délivrent la spécialité qu'ils veulent et normalement proposent toujours le générique (C'est leur boulot conjointement avec la SECU)
Nous n'avons quasiment pas de regard là dessus.

"résister aux sirènes des labos"
cf ci dessus et vous comprendrez que les labos envoient leurs sirènes ailleurs.

"à résister... aux exigences de patients (de clients ?) susceptibles de changer de crèmerie d’un simple mouvement de Carte Vitale"
Dans ma région (en province donc) assez nombreux sont les médecins qui n'acceptent plus de patients nouveaux car avec une dizaine d'heures de travail par jour, ils estiment (et j'en fais partie) que çà impliquerait ne plus pouvoir s'occuper correctement de chacun avec le risque d'erreur que cela comporte.
Alors la crainte de voir fuir la clientèle quand on est déja limite dans la gestion du temps, c'est une drôle d'idée.

En ce qui concerne le clientélisme la question se règle d'autant mieux que nous ne sommes déja plus assez nombreux (toujours en province)

"l’augmentation régulière des honoraires des médecins de ville a rarement été le corollaire d’une modification de leurs méthodes de travail."
Oui, c'est vrai je gagne net 2,5 SMIC
et je roule en C3 mais enfin à ma décharge j'ai fait 8 ans d'étude, j'ai un travail relativement lourd en responsabilités et j'ai des semaines de 50h.

Dans un monde où l'échelle des salaires va de 1 à 400 (?), je n'avais pas l'impression d'abuser :-)

"se colleter avec les médecins pour imposer une vraie transformation de leurs pratiques."
Oui, lesquelles?

Je ne vais pas vous raconter ma journée d'aujourd'hui, ce serait fastidieux.

Mais je ne vois pas trop bien ce qu'il aurait fallu que je retire à mes prescriptions.

Sauf prendre des risques.

Et il faudrait alors que Mme Bachelot soit très claire sur le sujet et ce serait une vraie responsabilité de santé publique.


Si, si la gauche a des idées sur la sécu : il faut "tout remettre à plat" puis "se mettre autour d'une table" afin de "discuter avec les partenaires ".

La maladie est un risque couvert par une assurance. Le système actuel fait qu'on ne peut pas calculer la cotisation en fonction du risque individuel comme pour l'assurance auto, mais définir une recette globale (assez prévisible) pour une dépense globale (peu prévisible). Comme il semble qu'il n'y ait plus de marge de manoeuvre côté recette, il faut bien réduire la dépense de manière équitable. Donc
1) franchise sur les consultations de 1€ et franchise de 4X10€ par an, c'est bon, prévoir plus.
à présager aussi :
2) économie dans la gestion des hôpitaux qui bouffe plus de la moitié du budget et il y a beaucoup, beaucoup à faire.
3) un sérieux audit par la SS des comportements médicaux nomades de certains patients en matière de consommation de soins et d'arrêt maladie ; les médecins étant, eux, de plus en plus encadrés dans leurs prescriptions l'effort est à porter sur la demande.

Quel diatribe simpliste de votre part.N'oublions pas que les dépenses de santé dans notre monde "scientifquement en progrès permanent" ont explosé à partir des "exploits techniques" coûteux auxquels chaque citoyen malade souhaite légitimement accéder.Qui parle de l'angoisse du patient qui sollicite le médecin.Ce dernier,loin d'être "tout puissant" se coltine une part de la misère souvent psychologique et sociale des consultants...Pourquoi tirer sur lui au moyen des vieux archétypes(nanti,avide d'argent...)lorsqu'il travaille en moyenne 65 à 70 heures par semaine.Malgré "l'appât du gain" que vous semblez dénoncer,les vocations se font de plus en plus rares...Les abus quel que soit le système continueront d'exister,mas ils sont bien plus marginaux que ceux qui existent dans de nombreux autres domaines.

L'expérience montre par ailleurs que des prescripteurs en permanence contrôlés évolueront vers une pratique sclérosée exempte de toute audace et de toute innovation pour leurs patients,des bureaucrates...

Si l'on prend le soin d'étudier toutes les mesures phares du programme de Sarko, elles apparaissent, hélas, aussi sottes et grenues que celle-ci.
Prenons la défiscalisation des heures sup'. Tous les économistes (derniers en date: Cahuc et Zylberberg, qui ne passent pas pour de dangereux gauchistes) s'accordent à reconnaître que cette mesure, au mieux ne créera pas d'emplois, au pire en détruira un peu.
Le service minimum dans les transports: ce qui est proposé aujourd'hui ressemble de très près aux systèmes d'alerte sociale qui existent déjà à la SNCF et à la RATP. Aller plus loin reviendrait tout bonnement à entraver le droit de grève. Ce que Sarko s'est engagé à ne pas faire. Du moins avant les législatives.
Quant à la défiscalisation des intérêts d'emprunt immobilier, je n'arrive toujours pas à voir en quoi elle s'inscrit dans la guerre pour l'emploi et la croissance que prétend livrer le Schtroumph. En tant que modeste propriétaire ayant encore une bonne quinzaine d'années de traites à rembourser, je devrais me réjouir. Mais ce n'est pas vraiment ma conception de l'action politique.

J'ai bien aimé la réaction du généraliste "qui vous lit avec plaisir d'habitude". Donc, un monsieur qui doit apprécier vos diatribes anti-CGT, fonctionnaires enkystés et autres vilains corporatistes. Mais là, vous attaquez sa profession, alors évidemment, là, là, évidemment, c'est différent !
Hé oui, on est toujours le corporatiste de quelqu'un.
Amusant, mais sans fin (dans les deux sens du terme). Les Bockel de tout poil devraient en prendre de la graine.
(Je suis par ailleurs assez d'accord avec ce monsieur : cela fait bien longtemps que les généralistes ne roulent plus carrosse, si tant est que cela ait jamais été le cas, et je ne pense pas qu'ils figurent parmi les soi-disant profiteurs de la Sécu).
Par ailleurs, votre analyse n'est pas fausse : ce n'est pas en brimant le patient, modeste de préférence, qu'on empêchera les vieux de vieillir et la médecine de progresser techniquement, avec les coûts que cela entraîne.
Enfin, que vous a fait ce pauvre Fabius pour l'agresser ainsi à toute occasion ? Une histoire de coeur ? J'en arrive à me poser la question.

Matthieu,
La demande peut être contrainte par le robinet de l'offre. Si les médecins ne prescrivent que ce qui est nécessaire, ça doit tout de même fonctionner, non ?


François X,
Mais je ne demande pas une franchise plus élevée, évidemment, et je dis même que cette espèce de culpabilisation des assurés n'a pas de sens. Le fait qu'elle ne soit même pas efficace au plan financier est la cerise sur le gâteau. Quant à mon catholicisme conservateur, ça m'a bien fait rigoler. Tiens, c'est la meilleure que j'entends depuis ma bar-mitzva...


GMX,
Du calme, du calme. Tous les médecins ne fonctionnent pas sur le même mode, heureusement. Et la critique générale adressée à une corporation ne devrait pas être perçue comme une attaque personnelle. J'ai l'habitude, sur ce blog, de m'en prendre à mes confrères journalistes et je ne crois pas qu'il s'agisse d'une démonstration de haine de soi...

Mais sur les opinions politiques des médecins « en général », il n'est pas scandaleux de constater qu'ils ont tendance à voter à droite, comme les profs ont tendance à voter à gauche. Un sondage Ifop a montré qu'ils votaient Sarko à 42% et Ségo à 20% (http://www.lemonde.fr/web/recherche_breve/1,13-0,37-976393,0.html ). Et ce n'est pas exactement une première...

En ce qui concerne le rapport aux labos, les invitations, le choix de prescrire ceci plutôt que cela, ce n'est pas parce que vous ne vous comportez pas comme ça que vous représentez la norme. Les toubibs français ont longtemps été réfractaires aux génériques et la France est encore à la traîne sur ce plan par rapport à d'autres pays. Il n'est d'ailleurs pas non plus nouveau de préciser que les médecins prescrivent plus souvent les spécialités que les génériques, soit parce qu'ils n'ont pas appris les noms des molécules, soit parce que le patient exige ceci ou cela. Il n'aurait d'ailleurs pas été nécessaire de donner quelques biscuits aux pharmaciens en échange de la substitution des marques par des génériques dans le cas contraire.

Mais vous vous demandez pourquoi un médecin pourrait ne pas résister aux exigences d'un patient consumériste... Je ne sais pas si la question est sérieuse ou si vous exercez dans un tout petit patelin sous-médicalisé, mais dans les grandes villes, la médecine de ville est une activité concurrentielle et le nombre de visites par jour est parfois hallucinant. Oui, certains de vos confrères ne roulent pas en C3, cherchent à faire du chiffre, battent des records de consultations quotidiennes, refusent de s'informatiser, envoient balader les titulaires de la CMU, etc. C'est ainsi.

Donc, encore une fois, je ne m'adressais pas à vous, GMX, mais je contestais la mise en place d'un système de franchise stupide, inefficace, ne réglant rien du tout.

All,
En ce moment, la gauche est en panne d'idées. Sur la Sécu comme sur le reste. Mais l'absence d'idées au PS ne doit pas laisser croire que l'activisme sarkozyste est la bonne solution non plus. Des idées, moi j'en ai. Si Ségolène me les demande, une fois qu'elle aura créé le fauteuil de présidente du PS et qu'elle se sera assise dedans, je les lui donnerai.

Sasa,
Oui, moi aussi je vais bénéficier de la déduction des intérêts de mon prêt, je vais continuer à jouir de mon abattement fiscal de journaliste, je vais voir mes impôts baisser, tout ça. Ca me rendra service, merci monsieur Sarkozy. Mais je n'avais rien demandé : au contraire.

Manu,
Les corporatismes sont des corporatismes, d'où qu'ils viennent. Je n'ai pas à respecter les uns plus que les autres. Et pour Fabius, oh, c'est pour rigoler... C'est mon running gag à moi. Mais il me faudra sans doute pas mal de temps pour avaler la pilule du référendum.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004