« Serment d'hypocrite ? | Accueil | Relativismes »

jeudi 18 octobre 2007

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c688253ef00e54ef9c3b58833

Voici les sites qui parlent de Douze ans de réflexion :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

En tant que spécialiste des transports, vous saviez donc fort bien que les primes, qui constituent de 20 à 45% du salaire des personnels roulants/volants/navigants, ne comptaient et ne comptent toujours pas dans le calcul de leur retraite ?

Si je te comprends bien, aujourd'hui comme hier, tu assumes avec le sourire l'idée d'être avec les emmerdeurs d'un camp contre les emmerdeurs de l'autre. Bon, en effet, c'est à peu près ça ta psychologie: peu importe qu'on ait raison ou tort du moment qu'on arrive à énerver ses commensaux.

Je t'aime bien, Hugues. Mais j'aime bien aussi les gens qui ne cherchent pas perpétuellement à se convaincre qu'ils ont absolument raison, alors que de leur propre aveu, il leur arrive de changer de position à 180°... Moi, en 1995, je n'étais pas convaincu d'être dans le camp du progrès. En 2007 non plus. En 1995 je n'étais pas convaincu que ceux d'en face étaient un paquet de crétins sectaires, et aujourd'hui non plus... Hier comme aujourd'hui, je pense que les deux camps emploient de bons arguments et des mauvais, et que le problème se résoudra hier comme aujourd'hui par l'estimation des rapports de force. C'est tout. Un conflit social, c'est l'évaluation des rapports de force quand les arguments rationnels ne suffisent pas à emporter la conviction d'une nette majorité.

La société humaine fonctionnait déjà un peu comme ça du temps de Cro-Magnon, mais au cas où tu n'aurais pas remarqué, il y a eu un léger progrès depuis: on a cessé de se foutre sur la gueule. La grève, ça sert aussi à éviter d'en venir aux mains. C'est peut-être même sa seule vertu, mais elle est réelle...

C'est vrai, maintenant je me souviens : j'avais fait grève en 1995 au nom d'une certaine idée de la recherche publique, que je souhaitais au moins en partie déconnectée d'une exigence de résultats immédiats. Qu'on ne s'y trompe pas : ce n'était pas une opposition frontale : mais les approches statutaires ou catégorielles mènent inévitablement au nivellement, donc, au déni de diversité à l'intérieur de périmètres arbitrairement fixés par de grands communicants incultes : "la recherche", ça ne veut rien dire...

Le PS à l'époque nous avait promis de nous entendre. Et puis, une fois élus, ils ont oublié.... pour nous coller ce gros con d'Allègre qui, une fois ministre, a souhaité n'en faire qu'à sa tête sans arriver à rien.

Nous avons donc gardé la réforme bancale sortie du conflit jusqu'en 2002.

Ensuite, nous avons eu Haigneré, qui fut vite re-satellisée tellement son incompréhension du monde de la recherche était grande...

Et la situation bancale a perduré. Je passe sur la gestion villepinienne, trop axée sur la ventilation de moyens en direction des élus locaux pour être qualifiée de réforme de la recherche.

2007, enfin, reprise du dossier par Pécresse. Réforme urgente (depuis le temps...) mais faite à minima, sans ambition, sans guide. Enfin je m'en fous : je ne fais plus de recherche, depuis maintenant bien longtemps, comme tout individu sensé, au vu des dégâts provoqués par l'instrumentalisation permanente des grands enjeux de société tant par la gauche que la droite.

"les cheminots défendent toujours leur droit à une retraite spécifique généreusement financée par la caissière de Franprix"

Et accessoirement par une vie professionnelle de surcotisations par rapport au régime général. Mais apparemment, à part les cheminots, l'argent et la retraite des cheminots, tout le monde s'en fout.

Passant,
Tu dois être encore plus spécialiste que moi, car il me semble que cette proportion de prime par rapport aux salaires est pour le moins surévaluée. Mais si tu permets, la grève ne porte pas sur l'inclusion des primes dans le calcul de la retraite mais bien sur les régimes spéciaux. Que les cheminots reviennent à un régime équitable et je veux bien soutenir ce combat-là (qui aurait néanmoins le désavantage, de leur point de vue, de soumettre la totalité de leur revenu à cotisations).

Poil de lama,
Je fais aujourd'hui l'aveu de mon hypocrisie sophiste d'alors. C'est tout de même pas mal, non ?

Passant bis,
Désolé, je veux bien qu'on s'éloigne un peu des retraites pour parler cotisations, mais autrement, je ne vois plus vraiment le rapport avec Allègre, la recherche et Villepin.

Grom,
Comme pour Passant et ses primes, pas de problème : harmonisons également les niveaux de cotisations (et pas sur la seule retraite d'ailleurs. Mais encore une fois, je ne suis pas convaincu que les cheminots soient gagnants).

Poil de lama > http://bobsutton.typepad.com/my_weblog/2006/07/strong_opinions.html

Hugues est donc un sage, selon toi :)

@Poil de lama : Les arguments rationnels ne suffisent jamais à emporter la conviction d'une majorité, et ils ne sont d'ailleurs jamais utilisés. Seuls les rapports de force et la propagande ont droit de cité dans les rapports sociaux.

Quant à cette grève, elle n'est qu'un baroud d'honneur.

Depuis cette époque la caissière de Franprix ne finance plus seulement les régimes spéciaux de la SNCF mais aussi les RTT des cadres et des journalistes. Vive le progrès social !

Hugues: il ne s'agit pas de savoir si "quelqu'un y gagne" ou pas. Les règles fixées par Herr President sont qu'il faut que tout le monde soit traité sur un pied d'égalité : le seul problème, c'est que le projet du gouvernement n'est pas celui-là, mais se donne pour objectif de maintenir cette distinction entre un secteur privé pour lequel à peu près toutes les rémunérations cotisent, et un secteur public dans lequel seul 50 à 90% de la rémunération est sujette à cotisations.

Bref, l'état refuse de cotiser comme les autres à la sauvegarde du système de retraites et joue de sorte à masquer son hypocrisie derrière les particularités de régimes spéciaux. C'est non seulement hypocrite, mais lâche, vil, et méprisable : en un mot, indigne d'une démarche étatique.

Et depuis peu nous savons officiellement que la CGT est financée par les maitres de forges, le CE d'EDF, la CNAM... what else. Fin de l'illusion.
J'aime beaucoup ton billet, moi aussi j'ai eu la cataracte, plus ancienne que la tienne et guérie plus tôt, couplée avec un syndrome de Stockholm.

@ Grom :

la part salariale est plus faible à la SNCF d'après l'infographie du monde.fr. S'agirait-il d'une information erronée?

En revanche, la cotisation patronale est, elle, plus élevée, pour autant que je sache.

Mais au fond cela revient au même (la distinction part salariale / patronale n'est pas très pertinente, car l'une comme l'autre sont des prélèvements obligatoires et donc des COUTS pour la collectivité dans son ensemble : si la part salariale diminue au profit de la part patronale, le patron répercute ce surcoût sur les prix de vente de la production et sur le salaire net).

Or si les cotisations SNCF sont plus élevées, en raison du régime exorbitant de droit commun de retraite des agents SNCF (il n'y pas d'autre raison à une cotisation plus élevée), ceci a des répercussions sur le coût des transports, donc, sur le portefeuille des usagers... C'est plutôt évident, non?

Par ailleurs, cela NOUS REGARDE non seulement en tant qu'usagers appelés à payer leurs transports plus cher (ou à supporter une baisse de la qualité de service) pour compenser les cotisations élevées, mais, en outre, en tant que contribuables, puisque DEUX TIERS des prestations retraite des agents inactifs de la SNCF sont couverts par... l'Etat.

Il est donc tout à fait NORMAL que les usagers comme les contribuables se sentent autorisés à critiquer le régime de retraite exorbitant de droit commun des agents de la SNCF, puisque, de facto, votre régime n'étant pas viable s'il évoluait en vase clos, ce sont tous les autres qui doivent mettre la main à la patte.

Comprenez-moi bien : je trouve tout à fait normale la solidarité intercaisses (tous les métiers n'ont pas la même démographie). A condition que tout le monde soit à la même enseigne, à l'exception des métiers VRAIMENT pénibles.

C'est réac de droite de raisonner de la sorte???

Très bon billet

@coco: Non ce n'est pas reactionnaire, la reaction est le fait de vouloir revenir vers un passe radieux, tres peu de monde veut vraiment (ou peu) revenir au regime precedent (c'est a dire, le neant de retraite). Par contre vouloir conserver ce regime fait de vous un conservateur, on m'a appris que souvent etre conservateur etait etre "de droite". En ce moment j'ai plutot l'impression que c'est l'inverse. La reforme contre l'inertie.

"Comprenez-moi bien : je trouve tout à fait normale la solidarité intercaisses (tous les métiers n'ont pas la même démographie)."

Ce n'est pas l'avis de tout le monde. En tout cas, pas le mien.

Mais qu'importe : l'inévitable[*] faillite de l'actuel régime mènera à ce qui est au fond plus juste : de simples systèmes mutualistes de gré à gré, sans garantie publique ni règles statutaires. Et sans doute sera-ce mieux ainsi, jusqu'à ce que, le bon peuple ayant oublié son histoire avec le soutien infaillible du système éducatif, il soit à nouveau possible pour la puissance publique de remettre la main sur l'épargne privée.

[*] voir les avis d'économistes crédibles à ce sujet.

"tres peu de monde veut vraiment (ou peu) revenir au regime precedent (c'est a dire, le neant de retraite)."

Ignoriez-vous que ce n'est qu'aux alentours des années 1950 que l'Etat a nationalisé les systèmes de retraites créés à l'initiative d'innombrables syndicats, corporations ou sociétés pour financer sa politique sociale par la captation de cotisations devenues obligatoires en contreparties de promesses de pensions ?

Le film "le jardinier d'Argentueil" présente en introduction un truculent jardinier, incarné par Gabin, recevant la visite d'un des premiers contrôleurs envoyés par l'état venant benoitement expliquer que les cotisations à une caisse de retraite sont devenues non seulement obligatoires, mais aussi, nationalisées.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

www.com-vat.com, blog de gauche ?

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Sur le Net

Trousse à outils

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004