« Sexe, journalisme et politique : la déontologie dans le boudoir | Accueil | Paperback writers »

samedi 22 mars 2008

Le poids des mots

Au printemps, la presse féminine incite ses lectrices à la diète. Mais l’été venu, ce sont les quotidiens qui perdent du poids...

News C'est l'été. Le soleil brille. Les oiseaux chantent. Sur les terrasses de la Côte d'Azur, le rosé coule à flots. Mais surtout, les journaux maigrissent ! Et en ces temps d'incertitude climatique, elle serait même le signal le plus palpable du retour de la belle saison, cette réduction pondérale de notre presse quotidienne. Car enfin, la planète peut bien vaciller sur son axe, les conflits se multiplier à sa surface, les décrets impopulaires entrer en vigueur : rien ni personne n'empêchera Le Monde, Libération ou Le Figaro de diviser leur pagination par deux ou trois sous l’effet de la montée du mercure…

Au lecteur sourcilleux, duquel il est exigé, en août comme en  novembre, de se fendre d’une obole inchangée auprès de son kiosquier, on rétorquera sans doute que l’info ne se vend pas au poids. On expliquera même qu’un canard, lorsqu’il n’est pas proposé au rayon boucherie, ne saurait être soumis à une logique commerciale aussi sordide : en vouloir pour son argent, vraiment, quelle vulgarité !

Hum, pour lire la suite, ben c'est ici ! 

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/154888/27341978

Voici les sites qui parlent de Le poids des mots:

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux de commentaires pour cette note.

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier