« J'ai la rate qui s'dilate | Accueil | Le poids des mots »

samedi 22 mars 2008

Sexe, journalisme et politique : la déontologie dans le boudoir

On dit nos médias  à la botte des marchands d'armes et des rois du béton. C'est faire l'impasse sur la dimension « horizontale » du contrôle de l'information.

Gravure_de_mode Étant moi-même, par la grâce d'un physique avantageux et d'un intellect brillant, fréquemment sollicité par la gent féminine, je m'explique assez bien le magnétisme sensuel qu'exercent nos hommes politiques sur les personnes du beau sexe... Quelle femme normalement constituée, je vous le demande, résisterait à la magie d’une soirée avec Jean-Pierre Raffarin, au glamour d’un week-end avec Jean-Louis Debré, à la perspective étourdissante d’une croisière avec Edouard Balladur ?

Les grands personnages de la vie publique sont, on le sait, d’authentiques alpha mâles exsudant  le pouvoir, le prestige et la virilité ; il est donc bien normal que les femelles assistant à un meeting réagissent à leur égard comme autant de groupies échevelées. Enfin, disons que c’est ce que l’on nous dit, histoire de légitimer le caractère dissolu du comportement de nos élites politiques... Dont acte. No problemo. Tout ça est fort logique.

Hum, pour lire la suite, ben c'est ici ! 

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/154888/27341968

Voici les sites qui parlent de Sexe, journalisme et politique : la déontologie dans le boudoir:

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux de commentaires pour cette note.

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier