« François Hollande est un type sympathique mais... | Accueil | Le blog de Tony Blair exhumé »

mardi 13 juin 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bon. C'est lumineux !

J'ai lu :
" permettre à des entreprises de se développer librement sur l’ensemble du continent tout en transférant la défense de l’indépendance de nos approvisionnements en énergies fossiles à l’échelon européen me semble une option assez séduisante ― sinon indispensable."

Comment ???
Ca me rappelle un vieux slogan " Privatisations des profits, Nationalisation des pertes "

A partir du moment où on confie l'énergie au secteur du privé, on perd cette indépendance énergétique. C'est la conclusion d'une étude Ernst et Young d'avril 2006, pour qui le nucléaire va décroître en france au profit des centrales à gaz, bien plus rentables, mais dépendant du gaz russe.
Le blogger explique bien, c'est clair, mais il connaît mal son sujet !

Sylvie,
Merci : j'avais peur de passer pour un illuminé...

Emmanuel,
Je ne vois pas vraiment le rapport avec cette formule-cliché. En outre, il me semble assez délicat de concilier les analyses d'un cabinet comme Ernst & Young et celles des tenants de l'archéo-gauche.

Expliquer que la France est sur le point d'abandonner le nucléaire au profit des centrales à gaz est, excusez-moi, tellement à côté de la plaque que je ne sais pas par quel bout commencer pour vous détromper. Le parc de centrales nucléaires français est un outil formidable d'indépendance énergétique, de limitation des importations d'hydrocarbures (d'où la situation délicate des Italiens) et de contrôle des émissions polluantes (d'où la situation atypique de la France par rapport aux autres grands pays industrialisés en termes de rejets par habitant ou rapportés au PIB).

Le nucléaire est d'ailleurs en train de faire un retour en force en Europe (GB, Finlande), en Asie (Chine) et aux Etats-Unis. Donc, pour l'abandon progressif de la filière au profit de centrales à gaz, vous repasserez en 2200/2300.

Enfin, l'indépendance énergétique d'un pays qui ne produit pas son énergie (au-delà du nucléaire et des énergies renouvelables), ne peut être assurée que par sa maîtrise des approvisionnements extérieurs. L'Ukraine, par exemple, est dans une situation de faiblesse manifeste face à la Russie dont elle dépend à presque 100%.

L'Union a donc tout à fait intérêt à se doter de quelques champions réellement paneuropéens, dotés de missions de service public en dépit de leur caractère privé et concurrentiel (comme dans les secteurs de l'eau ou des télécoms).

Si vous permettez, Emmanuel, je sais quand même un tout petit peu de quoi je parle. Vous pouvez être en désaccord avec moi mais ça ne rend pas mes propos absurdes.

Hum, petit PS à ma note d'hier : Le Monde de ce soir semble trouver mon idée séduisante. Comme ce n'est pas la première fois, ça fait plaisir.

http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3232,50-783319,0.html

Juste une précision : l'énergie nucléaire n'est pas créé ex-nihilo, mais à partir d'une ressource naturelle, l'uranium. La France l'importe d'ailleurs pour 100% de ses besoins...
Donc pas à proprement parlé un facteur d'indépendance énergétique, mais une meilleure répartition du risque.

Hugues,
tout à fait d'accord avec votre commentaire sur le nucléaire : c'est un formidable outil d'indépendance. En outre, il nous aide à atteindre les objectifs de Kyoto, dont on peut certes critiquer le côté un peu étatico-collectiviste régulateur, mais qui présente tout de même de belles opportunités financières dans le domaine encore vierge des droits à polluer (fonds carbone).
Merci enfin, dans le respect du principe de réalité, de ne pas nous saoûler avec les énergies renouvelables, cette espèce de jouet que l'on donne à certains écologistes attardés.
Du coup, une question se pose : à quand une gestion enfin performante du parc nucléaire par des entreprises privées ?

hugues, etant moi-même un "pro-nucléaire", je regrette bien entendu cette évolution :
mais regardons les choses en face :
Il faut 7 ans pour obtenir l'autorisation pour construire une centrale nucléaire, autant pour la construire, à un coût prohibitif, le tout mal accepté par la population.
Il faut trois ans maximum pour une centrale à gaz, souvent beaucoup moins, deux ans pour la construire, un retour sur investissement très rapide (6-7 ans contre 20 ans pour une centrale nucléaire), la population s'en fout, les marges sont beaucoup plus grandes, et vous vous en moquez de payer le gaz cher puisque au final, c'est le client qui paye...

Vous êtes un investisseur, vous choissez quoi ?

le gaz.

Pour ceux qui, comme moi, estiment que le secteur de l'énergie est trop important et trop stratégique pour être confié à des intérêts privés, pourquoi pas une alliance européenne, mais entre Etats actionnaires... Encore faudrait-il s'entendre à l'échelle européenne sur les grands choix énergétiques...

Je ne prendrai pas la peine de commenter la proposition de confier le parc nucléaire au secteur privé, mais c'est bien de savoir que pour certains le tout-privatisation n'a aucune limite (la santé, l'éducation, la police, l'armée, la justice ?).

Enfin, concernant le gaz, s'il s'agit à l'évidence de l'une des deux solutions significatives à la fin du pétrole, ce ne pourra être qu'une solution transitoire, pour quelques dizaines d'années, car l'on parle là aussi de ressources non renouvelables...

Mais attention, les avions ne fonctionneront pas au gaz... Je crois que l'on ne mesure pas assez le changement qui va se produire d'ici 20 ou 30 ans, dans nos modes de vie et dans notre façon de penser le monde. Je doute que la privatisation idéologique tous azimuts si à la mode en ces années 2000 nous apporte une once de solution dans ce cas de figure annoncé...

"Le nucléaire nous aide à atteindre les objectifs de Kyoto, dont on peut certes critiquer le côté un peu étatico-collectiviste régulateur, mais qui présente tout de même de belles opportunités financières dans le domaine encore vierge des droits à polluer (fonds carbone)". J'adore cette phrase : se fixer des objectifs pour minimiser l'effet de serre est "étatico-collectiviste régulateur" (trois gros mots) et y a du pognon à se faire dans le commerce des droits à polluer. Cette mentalité ne peut que conforter ma conviction que le secteur de l'énergie ne peut décidément pas être confié à des intérêts privés.

Merci Raph. Donc libéralisation du secteur ==> renforcement du gaz ==> hausse des prix
CQFD.

D'accord avec Arkeo sur un service public européen de l'énergie !

"Vous êtes un investisseur, vous choissez quoi ?"

Pas forcément toujours le gaz.

En Finlande, par exemple, TVO, entreprise privée, a choisi le nucléaire, car cette technologie assurait à ses actionnaires (des industriels du papier gros consommateurs d'énergie) une énergie relativement bon marché sur le long terme, et surtout à prix stable.

Exact, mais tu pointes la différence Burt
TVO n'est pas une entreprise à but lucratif, sa mission est de fournir aux industriels qui sont ses actionnaires de l'électricité au plus bas coût

Mais c'est vrai que le modèle est très intéressant !

Ayant travaillé sur le financement de centrales à gaz en France jusqu'en 2001 pour le groupe Suez, époque "bénie" où le contrat de rachat de l'électricité était très favorable, je peux vous assurer que le retour sur investissement n'est pas de 6 à 7 ans comme l'affirme Emmanuel, sauf à ce qu'il y ait eu de gros changements depuis, mais j'en doute.

Quant à la gestion du nucléaire par le privé, c'est le cas majoritaire au niveau mondial, la France étant une des exceptions. Privé ne rime pas forcément avec insécurité, tout dépend de la capacité de l'autorité de régulation à faire correctement son travail : ressources humaines, capacité de prononcer des sanctions économiques pouvant être lourdes, ...
Enfin, et pour infomation, le statut royal (sic) de l'électricien belge salarié d'Electrabel n'a rien à envier à celui des IEG françaises.

"le tout-privatisation n'a aucune limite" - oui, enfin j'ai fait mes études dans des écoles privées, les cliniques privées n'ont pas nécessairement mauvaise réputation et HEC en France est tout de même connue dans le monde entier, non ? Pour en revenir au sujet, il ne faut pas oublier que la géniale (je pèse mes mots) invention de la CECA s'est faite sur fond de désastre économique et idéologique de la 2e guerre mondiale ; Schuman était bien placé pour comprendre ce qu'il fallait faire, et Monnet également, ce grand commis de l'Etat français pour reprendre les termes classiques (et qu'il me soit permis de saluer au passage ces hommes que la France a su sécréter et qui prouvent en marchant que le colbertisme et le libéralisme peuvent parfois s'entendre). Mais la CECA et sa Haute Autorité ont fait tellement peur aux Etats fondateurs qu'ils se sont bien vite entendus pour déployer la CEE sous des auspices bien plus inter-étatiques - fini le "Conseil Spécial", voici venu le cher Conseil... Même si celui-ci a bien dû à reculons partager son empire avec le Parlement, il demeure tout de même le dernier arbitre, et je n'entends pas dans les couloir mugir les féroces soldats du partage de l'énergie en Europe... Et c'est vraiment dommage, les pistes tracées par Hugues me semblant prometteuses mais sans doute politiquement difficiles.

pardon, "couloirs"...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004