« On the road again | Accueil | Parrainages : le beurre, l’argent du beurre et le sourire du premier secrétaire »

jeudi 03 août 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Cela dit, avec des clients comme ça : http://www.harissa.com/fun/betisierhotline.htm , les hotlines peuvent songer à conseiller d'allumer l'écran ou l'ordi...

J'adore ces perles de Hotline, sans doute apocryphes, mais tellement drôles...

Il faut être complet dans la description apocalyptique du service public du téléphone : si pendant très longtemps la France avait un gros retard dans ce domaine, de très gros efforts ont été apportés à partir des années 1975, sur le mode de la plannification qu'on aimait alors. C'est ainsi qu'est né le minitel. Ce qu'on doit à la concurrence, c'est surtout la baisse des tarifs (et c'est indéniablement important).

Paxatagore rappelle bien ce que l'intox libérale finit par faire oublier : le téléphone marchait très bien dans les années 80. le problème du monopole c'est qu'il n'a pas de pression pour évoluer rapidement. mais les monopoles sont parfois bien gérés.

plus un marché a une structure de monopole naturel et plus son ouverture provoque le genre de désillusions que vous décrivez.

Tout cela est peu de chose, je le crains, cher Hugues, quand on est, comme moi, "client" (le mot est fort, disons plutôt qu'il me semble avoir signé un pacte faustien avec mon sang) d'un opérateur totalement escroc, qui organise son action autour d'un service contentieux en béton armé, et ne se prive pas d'augmenter le prélèvement de ses clients de manière unilatérale.

Je parle de noos bien sûr.

Les voies de reours sont nulles, hormis le tribunal d'instance... Leurs opérateurs téléphoniques utilisent la vieille technique du disque rayé, avant (cela m'est arrivé récemment), de vous raccrocher au nez. Ni plus ni moins. La mauvaise foi et la malhonnêteté dans toute leur splendeur. Ô tempora...

Pour ton slam c'est FT qui a fait l'erreur manquant à l'obligation de vérifier la concordance du numéro/abonné communiquée par l'opérateur.

Maigre consolation : c'est pas mieux avec Numéricable. En sus pour ma part j'ai eu le droit de la part de la gentille téléopératrice marocaine (hé oui, on ronge les coûts comme on peut) à "ah ben là je pense que vous pouvez appeler votre informaticien, parce que je comprends pas la panne ...." Je cherche toujours où peut bien se cacher ce farceur là ...

C'est exactement ça : chez Free on vous prend d'abord pour un débile en vous demandant si tout est bien branché et ensuite on finit par des questions très techniques du style "et votre cable ethernet, c'est un cable droit ou croisé ?" !!!
Une fois on m'a même proposé de tout réinstaller sur mon ordinateur, ce que je n'ai heureusement pas fait car la suite a montré que le problême venait de la freebox...
Ce qui est désagréable c'et qu'on a l'impression qu'ils cherchent à se dédouaner... Leurs procédures d'assistance sont vraiment à revoir.

La baisse des tarifs, c'est surtout l'évolultion technologique qui l'a permise, plus que la concurrence. (Et « dans le temps », justement, les coms locales étaient illimitées en durée.) Par contre, le coup du slamming, c'est bel et bien un effet pervers de la concurrence sauvage, non ?

(Cela dit c'est aussi bien pratique le slamming, pour planter sur place son opérateur en économisant les frais de sortie… mais chut.)

Elle est plutot sympa votre article quoi qu'il y aurait "un peu bcp de correction, voir plus de précision..." mais celà m'a bien amusé. Si vous aviez un autre article de ce type à faire la prochaine fois mais un peu plus sérieux et qui demanderai le point de vu d'un ex..fr..hotliner je serai partant et vous apporterai un point de vu oh combien objectif des problemes réelles et parfois bien dramatiques qu'un abonnement peu engendrer.

Comme je vous l'aviez dit nous ne sommes pas tous EGAUX et moi même je n'ai pas fait en sorte que nous soyez EGALE à tord ou à raison, je ne le saurai sans doute jamais... ;)

Quatre experiences :
- un hotliner de chez free (si j'en ai eu un mÔssieur !) me demandant de les prévenir si je trouvais l'origine du probleme
- une responsable d'agence France Telecom engueulant le 1013 ou 1014 (ils avaient oublié de cliquer pour activer ... )
- un filtre adsl gracieusement prété par une agence FT pour tester si les miens étaient valides ou non (sachant que j'étais chez Free)
- la hotline de wanadoo (en 2000) me répondant plutot tard dans la soirée que ce sont leurs serveurs qui sont HS

Certes je suis un chieur de la pire espèce, certes j'ai quelques connaissances informatiques (mais vraiment pas grand chose en telecom :p)... mais je ne peux m'imaginer être passé au travers du pire sans une veine de pendu (au telephone pour la hotline ... )

Finnallement je me dis que ce doit être un pseudo jeu sado masochiste autant pour l'appelant que le hotliner.
Ahlala cette société de consommation... et comme le disait si bien R. Magdane : dans consommation il y a sommation...

PS : non non ca m'arrive de ne pas dire QUE des betises

@hughes

"la révolution numérique censée faire se retourner les bons vieux fils de cuivre dans leur gaines tombales"
Rappel : l'ADSL passe par deux petits fils de cuivre plus fin qu'une aiguille, (et même pas les 8 que contient le moindre câble). Pour que cette technologies des années 50 (et peut-être même encore avant) accepte les débits de données des dix prochaines années, il faudrait que nous respections chez nous et sur le réseau public pendant des kilomètres et N connexions des normes techniques (catégorie 5 voire 6, par exemple, sorties respectivement en 1995 et en 2002) que très peu d'entreprises d'installation électrique comprennent et acceptent ; de là à les appliquer ?!!! Et de l'avis du technicien FT qui avait procédé aux premiers test ADSL il y a plus de 10 ans et qui est venu dépanner mon installation qui ne voulait pas démarrer (il a repris tout le câble depuis le répartiteur le plus proche) : "on veut faire rouler une 2CV à l'allure d'une Porsche."
La galère n'a pas fini de s'amplifier et les hotliners de ramer. A moins que l'on passe au très haut débit (et donc à d'autres technologies) tout de suite. Mais là, il y en a pour des sous ; les nôtres (abonnement) et ceux des investisseurs qu'ils soient publics (nos impôts) ou privés (nouveaux services très chers, publicité).

Encore un peu de patience...

Z'étaient pas noir les téléphones en bakélite ?

Tout à fait ce que je viens de vivre du 13 juillet au 23 août, les appels surtaxés "prends-moi pour un débile avec tes question àlac..", les courriers recommandés, le technicien Free (au bout d'un mois..) qui se point chez moi pour constater que tout va bien, je passe les tickets "Gamot" et au final la prise de rendez-vous Free et France-Telecom qui permet de rétablir la connexion. Au final, pas une réponse circonstanciée, pas d'explication, pas un mot d'excuses ... çà marche, on se dit : jusqu'à quand..
Merci de l'avoir si bien écrit dans votre blog.

Les connexions ADSL, c’est un peu comme les repas chez les copines, on ne s’en souvient que lorsque ça merdoie.
Aussi, pour contrebalancer cet excellent texte, je voulais simplement dire qu’il existe aussi des internautes heureux qui n’ont eu que peu de problèmes (juste une installation un peu olé-olé et une coupure d’une ½ journée en 2 ans) qui surfe sur 4 mégas, dispose d’un téléphone gratuit (ou presque) et d’une centaine de chaînes de télé toutes plus inintéressantes les unes que les autres. (M’en fout, j’regarde pas !) Et tout ça chez Free.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004