« Radio Lieu-commun, deuxième... | Accueil | "Pour un syndicalisme de progrès !" (Rires dans la salle) »

jeudi 29 mars 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

On peut quand même noter que l'avocat d'Angelo Hoekele est monté au créneau en affirmant que son client n'avait pas 22 délits sur le dos, était en situation régulière et s'était tenu à carreau depuis 97, et que le parquet n'a absolument rien contesté à cela. Que le resquilleur ne soit pas un ange (en fait si, mais ça n'a rien à voir) c'est une chose, mais que un ministre, un ancien ministre en campagne présidentielle et le Figaro par dessus le marché en rajoutent dans la diffamation pour se justifier, ou plus exactement pour accuser ceux qui critique Sarko de complaisance vis à vis de la "racaille" (en partant du principe que, puisque l'accusé n'est pas clean, le salir davantage ne porte pas à conséquence), c'est quand même un beau foutage de gueule de la part des pouvoirs publics.

Après, les histoires conspirationnistes de deal entre Sarko, la police, les médias et les casseurs pour se redorer sa côte sont certes ridicules. Et comme je n'y étais pas, je ne peux pas vraiment juger de la véracité de cette histoire des rumeurs d'exaction policières qui se seraient répandues dans l'après-midi (ce qu'affirme Libération en tout cas, bien qu'on puisse mettre en doute le récit), mais si elles sont avérées, on ne peut pas s'abstenir de lier le comportement de l'ex-ministre avec la réputation déplorable de la police qui aura permis aux rumeurs d'êtres crues.

"Le seul et unique responsable de la situation, c'est l'ancien ministre de l'Intérieur. Sous son règne, les délinquants ont prospéré. Nicolas Sarkozy a été en permanence un fauteur de troubles et de violence."

Rien que pour ejecter l'ignoble Lang de la scène politique je ne voterai pas socialiste cette année.
le renouveau ne passe pas par Ségolène, c'est clair.

Faudrait quand même arreter de faire semblant de croire que de voyager sans ticket, c'est un crime grave ! Ce n'est pas le rôle de la police de contrôler les tickets de métros. Et ce n'est pas la première fois qu'on entend parler de violence policère pour ce genre de contravention...

Et j'avoue en avoir marre de croiser tous les jours trois bidasses, Famas au bras, en allant au boulot. Ca met une certaine ambiance, trois gars en camouflage qui se balladent dont un en arrière en couverture...

@Linca : d'accord sur les Famas. L'armée n'a rien à faire dans les gares. Le risque terroriste ne le justifie nullement. La sécurité dans la société doit être assurée par des professionnels de la sécurité dans la société.

Pas d'accord sur les portillons. C'est un des métiers d'une police (de quartier, de proximité, de voie publique) que de veiller au respect de la loi, pas seulement contre les crimes et délits, aussi contre les contraventions. Savoir si elle est bien formée pour cela, si elle se comporte de la façon la plus adaptée est une autre question.

Je réfère lire ton billet censé plutôt que le divagations de Judith Bernard dans BBB contre laquelle je ne décolère pas.

Ah au fait, rappeler l'irresponsabilité de Sarkozy qui a diminué le nombre de policier dans le 93 (dont la gare du nord est en pratique la porte à Paris) est salutaire... Et dans ce sens, la déclaration de Lang se justifie.

De même pour le contrôle des billets - c'est sûr qu'un voyageur sans billet, c'est un bâton vite fait sur les stats, mais la police n'a t'elle pas mieux à faire?

Laurent Weppe,
Mais le type du contrôle initial n’a évidemment pas à être tenu responsable de quoi que ce soit au-delà de son histoire de ticket et, le cas échéant, de sa violence à l’égard des contrôleurs : il ne me semble pas que la justice soit là pour infliger des peines « exemplaires » -- heureusement.

Ce qui m’ennuie, c’est que l’on en vienne à considérer que des mecs qui démolissent tout sur leur passage pour un oui ou pour non sont nécessairement des victimes, leur responsabilité étant fatalement amoindrie, voire totalement éliminée, par le contexte social. 300 types qui saccagent la gare du Nord, ce n’est pas business as usual. Ce n’est pas une péripétie.

Et je m’agace de voir le débat tourner autour de ce fameux « à qui profite le crime » comme si le crime en question n’était qu’une anecdotique toile de fond, simple support des discours de campagne. Enfin, je trouve à la fois débile et contre-productif de vouloir amalgamer nos amis de la gare du Nord et ce le fameux papy chinois. Il me semblait que c’était le job de la droite, non, de faire le lien entre immigration et délinquance... En tout ca, ce n’est pas le mien.

Farfalle,
Tu ne voteras pas Ségolène parce que Lang a dit une connerie ? Et tu viens tout juste de prendre cette décision ? Après cette connerie spécifique ? Hum, super convaincant. Mais si je peux me permettre, je n’ai pas l’impression que Ségolène ait accompagné le bonhomme sur ce terrain.

Linca,
Mais qui dit que voyager sans ticket est un crime majeur ? Le type n’a pas de ticket, il est contrôlé, il a une amende, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un processus de nature fasciste. Quant aux types avec des Famas, je ne savais pas qu’ils étaient là pour contrôler les tickets – mais bon, sait-on, jamais dans ces Etats policiers.

Frédéric NL,
Le risque terroriste ne justifie nullement les Famas ? Ah bon... Tu dois savoir quelque chose que je ne sais pas sur les intentions d’éventuels terroristes. Quant à cette sécurité qui devrait être assurée par des entreprises privées... Fameuse perspective : des milices privées affrontant les casseurs dans les couloirs de la gare du Nord !

All,
Bof, je suis allé lire mais je ne saute pas au plafond de rage, pour tout dire. Il me semble simplement, puisqu’elle admet le principe du respect de la règle, qu’elle pourrait accepter de regarder sa transgression comme autre chose que la réponse à une provocation.

Linca bis,
Oui, la police a mieux à faire, comme tu dis : elle a à faire en sorte qu'il ne soit pas possible de fracasser une gare pour le fun.

D'accord avec Hugues. Ce qui m'effraie, moi, c'est de voir des réactions comme celle de Linca.

Le type n'apprécie pas de se faire contrôler et tente de mettre un coup de boule aux contrôleurs, est-ce vraiment normal et anodin ? Comment peut-on légitimer ces agissements en critiquant unilatéralement la police, qui était clairement obligée d'intervenir ?

Jouer perpétuellement l'angélisme finit par être contre-productif et S. Royal l'a fort bien compris.

Cette affaire n'avait nul besoin d'être commentée à chaud, et il est fort possible, sinon même probable, qu'il y ait des torts de part et d'autre. Que les casseurs méritent d'aller en taule sans passer par la case départ ne se discute pas; que la police doive empêcher les casseurs de casser ne se discute pas; maisque l'interpellation qui semble avoir mis le feu aux poudres ait été exagérément musclée est tout à fait possible -- tout comme d'ailleurs il est possible qu'elle ait été pleinement justifiée. On ferait donc mieux d'attendre les résultats de l'enquête pour prétendre tirer de ce fait divers des conclusions définitives.

De façon plus large, notre Ségo préférée a un énorme tort sur les questions d'insécurité, et qui ne date vraiment pas de cette affaire. Elle aurait dû, très longtemps avant et en profitant d'une période calme, attaquer bille en tête le désastreux bilan de Sarkozy en la matière (un mois d'émeutes, merde!), au lieu de nous assassiner de conneries sur l'encadrement militaire des mômes et les ateliers de couture de petits drapeaux dans les écoles.

Maintenant, et du fait qu'elle a trop tardé, il est trop tard pour attaquer le calamiteux bilan sécuritaire de Sarkozy (il serait trop facile de l'accuser de faire le jeu des casseurs), et elle s'est donc privée d'un argument en or. Ce n'est pas malin du tout.

C'est à mon avis une preuve de plus que notre Jeanne d'Arc à vingt balles ne songe qu'à son marketing politique, mais n'a à peu près pas de convictions sur les sujets qui préoccupent son électorat. Comme la plupart des ténors du PS, elle n'a de vraies convictions qu'en matière économique -- et de surcroît ses convictions économiques sont libérales, sans complexes et sans nuances (elle en a le droit, mais c'est assez peu mobilisateur à gauche).

Bref, je m'incruste chaque jour davantage dans la conviction que cet animal politique n'est pas de mon bord, et que ça a été une aberration de la choisir pour incarner une sensibilité de gauche.

@ Linca : vous ne devez pas prendre les transports en commun très souvent !! Les controlleurs sont des agents RATP assermentés mais toujours accompagnés d'un policier en civil au cas où un resquilleur pose problème.

Par ailleurs, et cela n'a rien à voir, des soldats patrouillent dans les gares , ils sont armés et cela a à voir avec le plan vigipirate. Vous n'etes pas sans savoir qu'il subsiste des risques élevés d'attentat (comme on l'a encore vu récemment à Londres). Je n'ai jamais vu ces soldats agir, même pour réclamer une amende à des fumeurs dans les gares ;-) puisque ce n'est pas leur travail !

Le parquet (selon le Nouvel Obs) a reconnu que l'interpellation d'Angelo Hoekele a eu des "répercussions dont on ne peut faire peser aucune responsabilité sur lui". Alors, qu'est-ce qui s'est vraiment passé? comment les choses ont démarré? il faut sûrement attendre d'en savoir davantage pour évaluer les responsabilités.

Mais ce qui est sûr, c'est qu'on ne pourra jamais mettre un policier derrière chaque portillon. Et qu'une simple infraction dégénère en émeute dans une des plus grandes gares d'une des plus grandes villes d'Europe, prouve que le problème dépasse largement le cadre du maintien de l'ordre.
Le problème, c'est l'appartenance à une collectivité à l'intérieur de laquelle on se retrouve. C'est accepter les règles communes parce qu'on a tous à y gagner. C'est un problème de société. (Toute personne qui a des enfants peut constater que la meilleure façon pour qu'ils soient respectueux des autres... c'est de leur montrer la voie du respect... l'exemplarité, ça s'appelle)

Parler (comme le représentant du syndicat policier "Alliance") d'une "bande de voyou et d'idéologues" dont la principale activité consisterait à harceler la police, c'est faire du déni de réalité.

Il y a quand même un point commun entre Belleville et la Gare du Nord, c'est qu'il s'agit (dans un premier temps: le saccage de la galerie marchande, c'est autre chose) d'un mouvement de révolte spontané. C'est cela que Monsieur Sarkozy a réussi. Créer cette méfiance, cette défiance permanente à l'égard des forces de l'ordre.

Entièrement d'accord sur la présence militaire à Paris. L'Espagne a connu Atocha, Londres les attentats du 07/07, mais je ne connais aucune ville d'Europe de l'ouest où la présence des forces de l'ordre soit aussi massive, et où la tension dans la rue soit aussi palpable...

OK, les deux "affaires" sont très différentes et ne doivent pas faire l'objet d'un amalgame grossier. Mais qu'un banal contrôle de billet (même s'il concerne un voyageur fraudeur et violent) dégènère en début d'émeute est quand même le signe d'un climat de tension extrême. Il serait évidemment exagéré de tenir Sarkozy pour seul responsable de ce climat délétère. Mais l'on ne peut nier que le positionnement politique, les déclarations et les méthodes de l'ex-ministre de l'Intérieur contribuent à exacerber ce climat d'affrontements et à mettre de l'huile sur le feu. On peut aussi constater que malgré ses promesses de 2002 et ses rodomontades pasquaïennes répétées, Sarko, en cinq ans, est loin d'avoir réglé le problème...

Clap clap.

Quel signal de m*** envoyé à ces jeunes punks consuméristes...
Oui, on peut être noir ou arabe et se comporter comme un branleur, un punk, un supporter de foot facho. La lecture politicienne de ces évènements enferme ces petits cons dans une dangereuse vision ethnicisante.

Petit bémol à ton satisfecit : Royal avait commencé par attribuer une bonne part de responsabilité à Sarko, avant de se rétracter le lendemain. Et Hollande ne se prive pas d'attaquer carrément Sarko pour la Gare du Nord...

@marmalow : quand la fraction bien-pensante de la gauche passe son temps à mettre en cause la police (que Sarkozy soit ou pas ministre de l'intérieur), au point qu'une directrice d'école maternelle en vient à s'opposer de manière très bien médiatisée aux forces de l'ordre, qui est exemplaire ?

Peut-on sérieusement s'étonner que la police ne soit jamais respectée, alors que tout le travail idéologique a consisté et continue à consister à la décrédibiliser ?

Il semble que cela soit un peu plus complexe que "les vilains émeutiers de la gare du nord" ; qu'en l'occurrence l'usage de la force, spectaculaire et certainement disproportionnée, pour un type qui voyageait sans ticket a créé les conditions d'une esclandre, ensuite récupérée par des petits cons violents juste bons à casser.

Cependant personne ne prend la défense des casseurs, pas plus qu'on défendait il y a quelques années les bandes de racailles qui agressaient les lycéens relativement plus bourgeois (ou "bolosse") qu'eux. Ce qui n'empêche pas de s'interroger sur la pertinence et l'efficacité du dispositif policier, qui attise autant la violence qu'il est censé l'étouffer.

Idem pour les "conditions de productions" sociales des casseurs; ce ne sont pas des victimes et ils sont responsables, mais faisons nous vraiment tout pour que l'environnement délétère qui les fabrique change ? Je pense qu'il y a plus objectivement une logique de "parcage" qu'une logique de dialogue avec certains banlieusards, parmi lesquels les plus insupportables. Je ne dis pas que c'est facile, je dis qu'il va falloir s'y coller ("une partie de la solution").

Je ne sais pas ce que c'est, Pierre B., cette "fraction bien pensante" de la gauche. Je ne la connais pas, ou alors à la télé. Et j'ai l'impression que les gens réagissent surtout en fonction de ce qu'ils vivent, au quotidien. Il ne faut pas surestimer l'influence des médias et sous-estimer l'esprit critique de ceux qui les consultent.

Je ne crois pas qu'une cohorte d'idéologues passe son temps à arpenter les rues, avec pour seul but de décrédibiliser l'action de la police et d'encourager les casseurs. L'énorme majorité de la "gauche bien pensante" doit aspirer à un monde de paix où les gens arrivent à vivre ensemble, et où la police fait son travail sereinement. Non?

Et puis, qu'on arrête de nous emmerder avec la bien-pensance. Tout le monde cherche à bien penser, sauf les cons. On est toujours le bien-pensant d'un autre -- et neuf fois sur dix, ceux qui dénoncent la bien-pensance démontrent eux-mêmes à quel point ils sont convaincus de penser infiniment mieux que tout le monde, en toute modestie. En matière de bien-pensance, c'est toujours çui qui l'dit qui l'est.

Pierre B.,
Oh, je ne voulais surtout pas partir sur ce concept d’angélisme, qui est une construction de la droite et n’a jamais été en vigueur au sein du PS. Sous Jospin/Daniel Vaillant, la police serait intervenue de la même manière. La réaction de Besancenot, en revanche, ce n’est pas de l’angélisme. C’est carrément de la stupidité démagogue.

Poil de lama,
On voit mal comment ne pas commenter « à chaud » une émeute au cœur de Paris. Encore que j’ai, moi-même, attendu un peu avant d’en faire une note. Mais c’était plus par manque de temps que par volonté de passer deux jours à philosopher sur la question.
Mais je doute qu’une enquête puisse déterminer que, oui, en fait, les casseurs étaient fondés à casser compte tenu de l’arrogance générale de Sarko et du comportement spécifiques des flics ce jour-là.

Marmalow,
A Belleville, je ne crois pas que les parents d’élèves ou l’instit aient saccagé quoi que ce soit.

Michel B.,
Le contrôle n’a pas dégénéré en « un début d’émeute ». Une vraie émeute s’est produite sur la base d’un contrôle-prétexte de la part de gens qui apprécient d’en découdre, entre eux et avec les flics, à intervalles réguliers. Le climat n’y est pas pour grand-chose, sauf à considérer que les bagarres entre cités sont également le produit du sarkozysme. Les « jeunes » (hum, je déteste cette expression globalisante) voient les flics comme une bande parmi d’autres. Donc, entre bandes, on se bat. Mais dans une société qui fonctionne, les flics ne sont pas une bande dont la seule présence est une provocation risquant de mettre le feu aux poudres.

Carolus,
Ségolène est en campagne, elle aussi. Mais je ne pense pas qu’elle ait beaucoup dévié sur ces enjeux depuis le début de son parcours présidentiel. Ca lui été suffisamment reproché.

Guillermo,
C’est quoi la force proportionnelle dans le cas d’un contrôle qui tourne mal parce que le gars refuse d’être contrôlé ? Les contrôleurs doivent-ils ne pas contrôler les gens susceptibles de ne pas accepter gracieusement d’être pris en défaut ? Il m’est arrivé de m’interposer lorsque j’ai vu les flics agir d’une manière qui me semblait anormale, je ne me souviens pas d’avoir rameuté 300 copains pour fracasser une station de métro pour faire valoir mon point de vue...

http://hugues.blogs.com/commvat/2006/01/it_takes_a_vill.html

Evidemment, tu objecteras que j’ai la capacité de m’exprimer, de négocier, patati patata... Et alors ? Cette violence nihiliste est condamnable pour ce qu’elle est. Elle ne doit pas être légitimée par un discours dont les brutes se foutent éperdument.

Poil de lama bis,
C’est bien pensé, ça !

Vraiment pas d'accord avec ce billet. Comment ne pas se rendre compte qu'il y a un climat nouveau, depuis le sarkozysme, qui fait que le moindre incident peut dégénérer en capharnaum ? Comment peut-on ne pas voir les mutations qui ont eu lieu dans les relations entre la police et les administrés depuis Sarkozy ?

Faut ouvrir les yeux, un peu ; et puis faut se balader, voir le monde, les vrais gens...

Ok, MC. Excellent conseil. Il faut à tout prix que je me souvienne de voir "le monde et des vrais gens" à l'occasion. Enfermé dans ma tour d'ivoire, circulant dans des limousines aux vitres teintés pour me rendre à mes diners en ville, j'ai tendance à perdre le contact avec la réalité.

Je passe souvent Gare du nord.
Je n'y ai jamais constaté une présence excessive des forces policières, par contre, c'est sans doute l'endroit où on fraude le plus (du reste, je reconnais laisser assez souvent quelqu'un passer avec moi sur le tourniquet).
Que la police ait arrêté un fraudeur, et combattu une émeute, la chose est normale, et j'abonde dans ton sens.
Que le ministre de l'intérieur se fende de commentaires douteux, bien analysés par Eolas dans son dernier billet, c'est inquiétant et cela rapproche un peu l'affaire à celle de Belleville. Il ne s'agit pas de douter de la police, mais de l'état d'esprit qui règne chez les têtes pensantes de cette institution.

Oh non, Lang ne m'insupporte pas depuis hier.

seulement, le fait que Ségolène prenne dans son équipe des clowns comme Lang, des allumés comme Montebourg, des psychorigides déconnectés des réalités comme rebel, ou des extrêmes gauchistes comme celle qui a écrit son discours de Paris peu avant le 11 février suffit à m'en détournée.

Le fait qu'elle ne propose que des moratoires, des débats publics nationaux, etc... , qu'elle soit nulle en politique étrangère au point de prendre 3 fois position contre l'ONU sur le dossier du moyen Orient... n'est pas fait pour me rassurer

Hugues, vous écrivez: "dans une société qui fonctionne, les flics ne sont pas une bande dont la seule présence est une provocation risquant de mettre le feu aux poudres." Je suis d'accord avec vous: il y a un problème de société, et j'ajoute: qui dépasse le cadre du maintien de l'ordre.

Je crois qu'il faut différencier les deux temps des "événements" de la Gare du Nord. D'abord les réactions au moment du contrôle du resquilleur. Il s'agit là d'un mouvement peu ou prou spontané qui n'est apparemment pas le fait de bandes "qui apprécient d'en découdre avec les forces de l'ordre à intervalles réguliers". Ensuite, et seulement ensuite, il y a le saccage de la galerie marchande, et là, je suis entièrement d'accord avec votre analyse et la fermeté que vous préconisez.

Il me semble que l'émeute ne s'est pas produite sur la base d'un "contrôle-prétexte", mais sur la base d'un mouvement de rébellion, et ça change quand même un peu les données du problème.

Allez donc revoir Rambo I, pour comprendre toute la toxicité sociale d'une police qui confond son travail et le comportement des personnages de jeux vidéo.

Après tout, quel respect peut-on objectifvement accorder à un individu casqué, botté, braillard, se déplaçant en bande et employant exclusivement l'impératif ?

Aucun, à l'évidence. Les bons jours, on les oublie, les mauvais, on les maudit.

@ Pierre B : "Peut-on sérieusement s'étonner que la police ne soit jamais respectée, alors que tout le travail idéologique a consisté et continue à consister à la décrédibiliser ?"
Pour avoir assisté à des actions policières de routine, type contrôle d'identité... je peux vous dire qu'elle se décédibilise toute seule la police !
Insultes en tous genres (renforcées si vous êtes une fille ou avez un look particulier...), gestuelle violente, attitude provoquante et conflictuelle... J'en passe.
Désolé, mais la police est un service public dont les fonctionnaires se doivent d'être exemplaires et de respecter les citoyens, pas une milice ayant tous les droits. Fonctionnaire de police est un métier particulier, dont les agents doivent être particulièrement exemplaires.

Quant à la gratuité des transports en commun, il n'y a là rien de fantaisiste. C'est tout à fait possible, et même expérimenté dans quelques villes.
Le rapport entre le prix du ticket et la coût réel par voyageur est assez disproportionné pour être amorti par les différentes formes de sociétés qui gèrent les transports en commun (un peu comme les musées). Le coût d'installation et d'entretien des portails, tourniquets et autres distributeurs de tickets n'est même pas amorti par la contribution finnancière des usagers (ceci même si la fraude était éliminée). Et les brigades de contrôleurs (désolé, mais là aussi il y a du boulot à faire, tant sur le recrutement que la formation, une ceinture noire de karaté et une bonne dose de morgue ne devraient pas suffire - et c'est pourtant l'impression qu'ils donnent souvent) seraient avantageusement remplacées par des agents assurant la sécurité et le respect du matériel et des passagers. Il me semble qu'en plus, certaines situations conflictuelles, et certains jeux de chat et souris auraient tendance à se raréfier.
non ?

Pour faire suite à notre conversation mercredi soir, la réaction de SR: «Bien évidemment les voyageurs doivent payer leur billet. Mais qu’un simple contrôle puisse dégénérer dans un affrontement aussi violent prouve que quelque chose ne va plus»

Ta question sur "comment prétendre que sarkozy est DIRECTEMENT RESPONSABLE ne tient pas."

un politique, fut il ministre de l'intérieur, n'est pas un robot qui dit oui ou non selon la situation et la loi qui correspond. Un politique s'intéresse normalement au dialogue avec la collectivité dont il est responsable, là est sa vraie valeur ajoutée. si on veut automatiser les questions de sécurité, on embauche robocop et pas sarkozy.

dernier point, repris de marianne:

Grave intox à Gare du Nord
(30/03/07)
Comme le relate l'Humanité, le contrevenant dont l'arrestation a déclenché l'émeute de la Gare du Nord, le 27 mars dernier, ne correspond pas du tout au portrait qu'en a dressé François Baroin. L'actuel ministre de l'Intérieur l'avait présenté comme un « multirécidiviste, rentré illégalement sur le territoire avec vingt-deux dossiers de violences volontaires » à son actif. En fait, Angelo H. est entré en France de façon régulière, n'est pas sous le coup d'un arrêté d'expulsion et doit se voir attribuer un titre de séjour le 5 avril prochain. Son casier judiciaire ne comporte par vingt-deux condamnations, mais sept : vols d'aliments, d'ustensiles de cuisine, possession d'un opinel et possession d'un pistolet. Sa dernière condamnation - pour « outrage » - date de mars 2003… Selon son avocat, Me Boccara, et même selon l'accusation, Angelo H. « n'a aucune responsabilité » dans les affrontements qui ont suivi son arrestation.

Guillermo,
les contrôleurs de la SNCF sont pas des tendres, surtout leurs acolytes "en civil". J'ai eu l'occasion de goûter leur goût pour les clés de bras et coups facilement tombés...mais si c'était certes disproportionné, si j'avais pas fraudé...

Surtout, dù sors-tu l'expression "bolosse" ?! Je croyais que seuls mes potes l'utilisaient!

MC, il est marrant à ouvrir nos yeux sur la vraie vie. Gageons qu'un blog intitulé "essaisconcepts" est tenu par un gars qui connaît tellement bien la téci qu'il invite ses lecteurs à lire des essais sur la violence et ne traite que de cette vraie France que sont les hommes politiques...

A tous les faux MC...ecoute Zoxea, MC

C'est une bête incompréhension culturelle (cf Mars Attack de Tim Burton)
Angelo H a validé son titre de transport, puis l'a jeté et sauté par dessus le tourniquet, pratique usuelle. Ensuite il a juste touché le front du contrôleur avec son propre front, geste convivial s'il en fut qui devrait être enseignée dans tous les manuels de police.
C'est ce que nous révèle sans rire Le Monde :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-890084,0.html

C'est la faute à Zizou!

Sarkozy est devenu ce qu'on appelle un intégrateur négatif, pour une partie de la population, au moins. Royal incarnant maladroitement ce "pour" quoi on pourrait se mobiliser, il reste le TSS. Cette inaptitude à voter "pour" née dans les années soixante dix est préoccupante.
Pour être honnête, je m'en réjouis aujourd'hui puisqu'il ne fait aucun doute que le mécanisme profite davantage à Sarkozy qu'à tout autre. Il suffit de regarder comment évoluent les classes d'âge en France pour le comprendre.
Sur cette affaire de la gare du Nord, on peut difficilement demander à la fois à la police d'être réactive et sereine face à une irruption de violence de cette sorte. Quand on est dans un merdier pareil...
Gardons à l'esprit que les émeutes de 2005 n'ont pas fait de victimes. En Chine, combien, à votre avis? Le fantasme de l'état policier Sarkozien ferait sourire un dissident là-bas, et dans bien d'autres pays du monde.
Sur l'arrestation devant l'école, c'est une vraie connerie, application stupide d'une décision de justice. Et ça fait inutilement peur aux enfants. J'en ai.

Les émeutes de 2005 ont fait *peu* de victimes, mais il y en a eu: deux gamins tués dans un transformateur, un grand-père tué dans les poubelles, plus un fait divers crapuleux avec mort d'homme dans la même période et le même contexte, mais pas de rapport direct. Ç'aurait pu être pire. Ç'aurait surtout dû être mieux, surtout avec un ministre de l'Intérieur qui avait fait tant de moulinets sur la question.

«Ensuite il a juste touché le front du contrôleur avec son propre front, geste convivial s'il en fut qui devrait être enseignée dans tous les manuels de police.»

Allons, la France fait partie des grandes Nations de l'Ovalie, et par conséquent nous ne pouvons ignorer qu'il s'agit là du sympathique salut Maori traditionnel. Voilà comment -après que Zidane eu montré au monde son non-sectarisme footbalistique- un innocent usager de la SNCF paye le prix de son ouverture sur le monde, si c'est pas malheureux, ça...

Il y a des faits et ce qu'on en fait.

L'arrestation du "papy" n'était pas le résultat d'une traque, mais dûe au hasard fortuit. La police contrôlait un bar qui avait été fermé récemment pour infractions à la loi. Lors du contrôle, elle a constaté que ce monsieur n'était pas en règle. On est bien loin de ce qui a été relaté. Bien sûr, c'est moins fun.

Les "parents d'élèves" qui se sont opposés à la police, étaient pour partie, des militants de RESF et n'avaient nullement d'enfants scolarisés dans la maternelle.

Autre chose, le fraudeur n'a rien d'un ange ainsi que le sous-entend l'un des commentaires. Lisez son témoignage dans le Monde, vous verrez comme cet homme a le coeur pur et un respect absolu pour son prochain.

Il y a des raisons valables et sérieuses de ne pas voter pour Sarkozy, comme il y en a pour tous les candidats, d'ailleurs. Cependant, rejoindre la meute et hurler des contre-vérités ne peut rien faire avancer.

Je comprends mal le besoin qu'ont certains lecteurs de venir expliquer en commentaire que le contrôlé de la gare du Nord était (ou n'était pas) un ange ou une crapule multirécidiviste... Il me semble que ce paramètre est hors-sujet : un contrôle totalement légitime est effectué, à la suite duquel une émeute survient, 300 types dévastent la gare et la police intervient -- c'est tout de même la moindre chose, sauf si l'on considère qu'il ne faut pas contrôler les tickets et ne pas réprimer les émeutes. Moi, je pense qu'il faut faire l'un et l'autre.

Ce qui me pose un vrai problème, c'est la légitimation de cette violence nihiliste et l'idée que c'est la police, le climat, le ministre ou je ne sais qui dicte leur comportement aux casseurs.

En ce qui concerne le grand-père chinois (et c'est peut-être la seule manière de rapprocher les deux affaires), en revanche, je ne me préoccupe pas du fait que le type ait été coincé dans un bar ou à la sortie de l'école des ses petits enfants : ces éléments ne sont pas le fond du problème. Mais je trouve incroyable le niveau des moyens consacrés à cette intervention ; je suis choqué par l'incapacité de la police à prendre la mesure de l'évolution d'une situation dégénérant, non pas en émeute, mais en révolte ; je suis halluciné par la violence disproportionée exercée à l'égard de simples citoyens devant une école, devant des gosse, etc.

Dans le premier cas, l'action policière est totalement républicaine. Dans le second, c'est du vrai n'importe quoi et il est normal de protester si la police fait n'importe quoi.

Assez incrédule en vous lisant car il me semblait évident que les révoltés de la Gare du Nord avaient été marqués par les images de la révolte de la rue Rampal et étaient, pour partie, dans l'imitation (l'émulation, appelons ça comme on veut), dans l'union anti-sarkozyste : si les parisiens adultes et responsables le font, allons-y. L'image avait certainement joué un rôle similaire lors des troubles de novembre 2005. Comment n'y aurait-il pas un lien direct ?

On enferme les gens dans des ghettos et quand ils viennent nous emmerder on leur demande leur billet. Ben voyons.

Hugues: Bon, je repasse sur la version de Libération (pas contredite jusqu'à présent), selon laquelle la chose ne s'est pas passée en deux temps. Entre l'interpellation de "Chtinange" et la casse de casseurs, il y aurai eu un démarrage d'esclandre parce que des rumeurs d'abus policiers se répandaient dans la gare du nord. C'est là qu'il y a quelque chose qui me gêne: si l'interpellation d'Angelo Hoekele est justifiée (nonobstant la calomnie ministérielle qui n'a rien à voir avec le comportement des policiers eux-mêmes), et si intervenir pour mettre fin à un saccage est justifié, s'il y a vraiment eu un moment où la rumeur a enflée, avec des histoires de gamin au bras cassé ou de femme enceinte malmenée par des contrôleurs, moment qui a précédé et participé à l'épisode des saccages, alors il faut se demander comment de tels rumeurs ont pu se répandre et surtout être crues. Il y a cinq ans de cela, j'ai assisté à une arrestation musclée de voleur à la tire en gare de Lyon (le voleur a quand même fait un beau vol plané au moment de son interpellation), mais dans l'heure qui a suivie, je n'ai pas entendu de rumeurs dingues sur un adolescent martyrisé ou que sais-je encore, et ça ne s'est pas terminé en émeute des rails. Or, si cinq ans de sarkozysme au ministère de l'intérieur ont amené la possibilité de voir répandues et crues de telles rumeurs, c'est que quelque part, l'action du ministre a fait des dégâts, ne serait-ce qu'au niveau de la réputation (déjà pas brillante à l'origine) des forces de l'ordre.

Finalement, Ségolène Royal avait raison de se positionner sur l'ordre au début de sa campagne. Avec ce genre d'événement, elle se serait fait laminer par l'UMP, sur l'air déjà entendu en 2002, à l'occasion des affaires de Papy Voise et d'Evreux. Là, même le Figaro de ce jour reconnait, en toutes fins de son article expliquant que Sarko tire les marrons du feu des incidents de la Gare du Nord, qu'elle n'en est pas affecté dans les sondages, à la différence de Bayrou.

Je ne faisais que corriger quelques erreurs apparues dans les commentaires. Si vous trouvez plus intéressant de débattre en partant de fantaisies, libre à vous. Personnellement, je pense que connaître les circonstances permet de mieux comprendre le déroulement.

300 types qui saccagent la gare du Nord, ce n’est pas business as usual. But it didn't came out thin air neither. Que ces vandalismes ne soient pas raisonnables (c'est mal, c'est mal, oui, oui, oui) ne signifie pas qu'il n'aient pas eu une raison (même si c'est mal, mal). La raison : des flics en train de tabasser un type qui n'a pas payé son ticket. Je rappelle qu'il y a des choses beaucoup plus nobles a faire quand on est flic, surtout à la Gare du Nord, haut-lieu du vole à la tire (et les jeunes qui traînent dans le "centre commercial" que la RATP a souhaité mettre en place pour cette cible commerciale ne sont pas les voleurs à la tire). Vous trouvez vraiment normal que les flics fassent de telles scènes pour veiller au budget de la RATP (puis au passage mettre un sans-papier de plus dans la liste du Ministère) quand ils ne font rien de chez rien pour proteger les passagers du crime et des aggressions ?

Je rappelle que le Ministère de Sarkozy a explicitement souhaité que les contrôles RATP soient aussi des moyens de choper des sans-papiers.

Pourquoi est-il devenu naturel d'entendre des phrases du genre "lors du contrôle, la Police a constaté que ce monsieur n'était pas en règle" ? Comme un lettre à la poste ! Juste une petite question de mise au point : à quoi sert la Police ? A contrôler le monsieur pour voir s'il est en règle. En règle de quoi ???? Désolé mais a priori la fonction de la Police, que je sache c'est (c'était) : aider le monsieur s'il a été victime de quelque chose, l'embarquer s'il a fait un truc mauvais ou laisser le monsieur tranquile s'il n'a rien fait. Démondé. Nouvelle version : la Police interpelle les gens (toute excuse est bonne, ou même sans excuse) pour voir les papiers. Le véritable et ultime crime est l'absence de possession d'un papier (titre de transport, carte de séjour, etc.). Et ça vaut pour le Chinois et pour le Congolais et pour le Maori (oh... des noms de pays... comme c'est drôle !).

Juste histoire de passer, allez faire un tour sur ipol qui a mis en ligne une vidéo presque "no cut" des évenements en remontant très tôt dans la journée.

Pour ce qui est du lieu même de la gare du nord, je ne connais pas plus que ça la gare de lyon, c'est tout de même bien particulier.

J'y passe matin et soir depuis deux ans, il ne manque parfois qu'une étincelle pour allumer la mêche.

Le fait que le foot locker ait été pillé peut paraitre anecdotique mais c'est pourtant un haut de lieu du squat tout au long de la journée.

Deux choses me frappent particulièrement dans cette situation:

1) le fait que personne parmi les forces de l'ordre ou le personnel RATP n'ait jugé potentiellement utile d'informer sur les circonstances de "l'arrestation". Pas en général mais dans le cas où comme le montre la vidéo un attroupement se forme, la logique commande de ne pas "provoquer" en amassant des forces de l'ordre comme s'il y avait qqchose à cacher, ce n'était pas le cas. L'image de CRS en train de se casquer et de se saisir de boucliers n'est pas forcement des plus apaisant pour une foule au sein de laquelle circule déjà des rumeurs de mauvais traitement..

2) L'immobilisme des forces de l'ordre au moment du saccage, était assez ahurissant. Je le dit d'autant plus volontiers qu'a 20H je me suis retrouvé presque nez à nez avec les casseurs, alors que stationnait en surface un contingent super important de CRS en tenue d'intervention.

Ils ont chargé n'importe comment, alors que la situation était encore relativement sous calme, et on ensuite abandonné la place quand leur intervention aurait été nécessaire, je trouve cela pour le moins étonnant.

Cela n'est pas forcement de nature à me rassurer quant à la capacité de la nombreuse colonnie de flics et militaires quotidiennement présent à faire face à une situation extra-ordinaire.

Sur le mélange entre Rampal et Gare du Nord, il y a justement une collision assez peu propice à la réflexion :
http://www.toreador.fr/2007/03/28/ole-n%C2%B049-gare-du-nord-gare-au-sud/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004