« Carte postale de Genève | Accueil | Itinéraire politique »

vendredi 07 mars 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mais, mais, mais... tu n'es pas au courant que le jambon a augmenté de 245 % depuis la semaine dernière ? Saligaud !

C'est vrai, quel bonheur.

Mais il n'est encore rien en comparaison de celui des russes, qui à l'âge d'or de l'URSS triomphante nageaient dans la plus parfaite béatitude en songeant à leur taux de chômage de 0%...

Hugues, un peu plus de réflexion et de distance critique, et un peu moins de superficialité, ça ne ferait pas de mal de temps en temps.

PS : pour éviter tout malentendu, je ne remets pas le moins du monde en cause la véracité de ce chiffre, je ne crois pas une seconde que les statistiques soient maquillées. Je ne suis simplement pas certain qu'il faille se réjouir de la situation que recouvre ce chiffre (mais je ne m'étonne pas que tu t'en réjouisse, sachant ton indifférence complète pour la manière dont les chômeurs sont "réactivés", notamment en Grande Bretagne. Salauds de pauvres, manquerait plus qu'ils rechignent à la tâche...)

François X,
Oh j'avais tout de même remarqué cette histoire de jambon, étant un grand amateur de charcuterie. Je me permets d'ailleurs de renvoyer mes lecteurs sur l'excellent article de Liberal (vade retro Satanas !) chez Koz au sujet de la formation des prix : http://www.koztoujours.fr/?p=627


EL,
Ah, mais il y a fort heureusement des gens capables de venir rectifier les informations de ma mini-Pravda avant qu'elles ne polluent les âmes simples qui se promènent dans les parages.

Un peu de confusion sur ce coup, tout de même. Tu sembles d'abord considérer que les stats sont manipulées, puis tu te ravises en expliquant qu'elles ne sont pas mais que c'est la réalité qu'elles recouvrent qui l'est. C'est bien ça ? Et pour enfoncer le clou, tu suggère que le fait que je me réjouisse de la baisse du chômage est la marque de mon indifférence au sort des malheureux "réactivés".

Que faut-il en déduire ? Que je suis un imbécile avalant sans problème toutes les couleuvres des ploutocrates néolibéraux ? Ou plutôt que je suis conscient de la manipulation mais que je me fais volontairement le promoteur de la stratégie des méchants ?

Evidemment, je peux également être moi-même un méchant profitant, d'une manière ou d'une autre, de la misère des pauvres gens ? Il faut trancher, non ?

Personnellement, j'avais plutôt l'impression de me réjouir d'une baisse réelle du chômage permettant de remettre des gens au travail et, partant, d'améliorer sorts collectifs et individuels. Mais bon, chacun sait bien qu’il ne s’agit que de colmatage puisque la fin du monde est proche...

Nous ferions mieux de publier le taux d'emploi. Alternativement ou conjointement, comme les Anglais, le taux de chomeurs indemnisé.

Cela serait plus instructif et éviterait les débats sémantiques.

Je questionnais simplement l'articulation de la "remise au travail" et de l'amélioration des "sorts collectifs et individuels", qui n'est peut-être pas aussi évidente que tu l'entends. Mais je crains d'avoir ainsi frisé le mauvais goût. Toutes mes excuses si j'ai pu troubler un instant la quiétude intellectuelle de ce carnet.

Hughes,

tu en conviendras avec moi: ce serait vraiment pas de chance si on avait 150 millions de retraités et 150 millions de chomeurs simultanément.

exercice 1: 1945 plus 60 égale ?

exercice 2: 1945 plus 65 égale?

solution: cf statistiques de croissance de la population active.

Je ne comprends pas bien l'intérêt d'un chiffre livré tout seul. 7,5% de chômage et donc la vie est belle ?

Récemment j'ai suivi un reportage disant que la morosité en France n'avait jamais atteint un tel niveau dans les dernières années. Ce n'était pas dû aux empêcheurs de se réjouir en rond, mais cela venait d'une statistique.

7,5%. Et ?

Merlin,
Absolument d'accord. Le taux d'emploi est un meilleur indicateur que le taux de chômage. Mais il progresse également, nous dit l'INSEE pour s'établir à 64,8% fin 2007 (contre 63,8 fin 2006)

http://www.insee.fr/fr/indicateur/indic_conj/indconj_frame.asp?ind_id=14

4degrésnord,
Donc, la démographie serait la seule responsable de la baisse du chômage ? Hum, même Libé n'en est plus là :

http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/314246.FR.php

Quoi qu'il en soit, il est difficile de considérer que l'emploi ne progresse pas tout en expliquant qu'il progresse mais ne crée que des emplois peu qualifiés. Il faut faire un choix.


Pikipoki,
Te souviens-tu d'un indicateur de moins de 10 ou 15 ans indiquant que le moral des Français est au beau fixe ? Moi pas. Le taux de chômage, en tant que donnée brute, n'est évidemment pas l'alpha et l'oméga du bonheur. Mais la capacité d'un pays à revenir au plein emploi et à permettre aux salariés de reprendre la main dans leurs négociations salariales est une vraie clé.

Les Français ont pris l'habitude de la crise et ont du mal à se projeter dans une situation qui ne soit pas angoissante. Offrons-nous quelques années de croissance élevée, de chômage faible et de pouvoir d'achat en progression rapide à l'espagnole ou à la britannique et le moral remontera. Et si ça ne marche pas, revenons au chômage élevé et à la croissance atone...

Beau billet Hughes !
Si le chômage diminue alors que les emplois productifs diminuent, et çà même l’Insee est d’accord: cela veut dire que les emplois improductifs, qui viennent grever eux aussi le budget national progressent.
Ce sont les emplois productifs qui génèrent des exportations qui peuvent redresser la balance commerciale, et çà forcément les plus fieffés mensonges n‘y changeront rien.....
De plus ont sait que les tranches d’âge qui partent à la retraite sont plus nombreuses, c’est surtout cela qui vient réduire le nombre officiel des chômeurs, sans créer d’emplois productifs, personne (à moins d‘être un con-vaincu) ne peut l’ignorer.
D'ailleurs rien ne dit que la gauche ne ferait pas encore pire, puisqu’elle non plus ne propose pas la réforme fiscale, que tout ce que compte la nation d’entrepreneurs socialistes et de bonne foi,... savent nécessaire !
En quelle langue faut-il écrire que SEUL LE RATIO ENTRE : 1° LA CRÉATION D’EMPLOIS PRODUCTIFS et 2° LA MASSE DES CHÔMEURS + RETRAITÉS + FONCTIONNAIRES + INACTIFS + ÉTUDIANTS.... Exprime la santé économique d’un pays.
Refuser cette évidence: c’est refuser de voir la réalité !
Refuser cette évidence c’est encourager les politiques à continuer à nous laisser sombrer.

7,5%, c'est bien, oui. Mais cela ne résout pas franchement la situation socio-économique des français, si ? Quand on sait que la plupart des emplois créés sont des CDD au SMIC et à temps partiel et que les autres sont des emplois Borloo permettant certes de se remettre au boulot, mais souvent pour une dizaine d'heures par semaine.
Je vois mal en quoi un boulot payé entre 300 et 600 € par mois pourrait avoir un quelconque effet positif sur les retraites, ni sur le pouvoir d'achat, par exemple.
Mais bon, c'est mieux que rien, oui.

Ami parisien bonjour, je comprend ton attachement à la station Bonne Nouvelle de la photo mais la lecture de ce billet m'évoque irrésistiblement les images de fête chères au regretté Marcel, celle-ci par exemple : http://www.bedetheque.com/thb_couv/GuidesFluideGlacial8_10042005.jpg
A moins que dans ton esprit, Bonne Nouvelle fasse référence au boulevard du même nom dont l’aplanissement pendant l’hiver 1709 où il fit 21 degrés au-dessous de zéro atténua la disette de milliers de chômeurs (dixit wikipedia)...
Le retour des grands travaux ?

Signé un frouze qui vit heureux en expat dans une petite ville (où on ne s'ennuie pas...) et qui ne regrette pas la vie à Paris !

"7,5%, c’est énorme et quiconque est conscient de l’impact qu’aurait le retour au plein emploi sur la plupart de nos problèmes (retraites, banlieues, facs, santé, pouvoir d’achat...) se gardera de faire la fine bouche."

Non, Hugues, c'est l'activité économique qui aura un effet positif sur ces problèmes, soit la croissance, mais pas les chiffres du chômage qui, sans même parler de manipulation, résultent de trop de variables floues pour être intéressants. Certes, la baisse du chômage pourrait être un indice de l'activité économique. Mais il semblerait que ces temps-ci, ce ne soit pas trop le cas. Merlin a raison: on devrait publier le taux d'emploi. C'est parce que presque 75% de la population suédoise en âge de travailler travaille (contre à peine plus de 60% en France) que leur modèle est un succès, pas parce qu'ils n'ont que 5.2% de chômage (est-ce si important comme différence par rapport à 7.5%?). Pour un problème comme celui des retraites, c'est assez évident à comprendre.
Et quand on parle d'activité, il vaut mieux même parler d'emploi dans le secteur privé, et celui-ci semble stagner ces derniers temps.

Donc oui, on peut faire la fine bouche. Même un chômage à 5% serait juste une bonne nouvelle pour les comptes de l'Unedic, et pas l'alpha et l'oméga du rebond économique de la France. Remarquez, soulager les comptes de l'Unedic, ce ne serait déjà pas si mal.

"SEUL LE RATIO ENTRE : 1° LA CRÉATION D’EMPLOIS PRODUCTIFS et 2° LA MASSE DES CHÔMEURS + RETRAITÉS + FONCTIONNAIRES + INACTIFS + ÉTUDIANTS.... Exprime la santé économique d’un pays."

Euh et le PIB par tête aussi, non? Parce que là la Chine enfoncerait la France et je ne sais pas si ça me donne tellement envie d'aller y travailler.

Le taux de chômage comme étalon de la politique économique ?

Bof.

Tout le monde convient (sauf peut-être Devedjian au micro de France Inter hier) que ces emplois sont pour la majorité des emplois dans les services à la personne, qui occupent les gens en moyenne 12 heures par semaine pour un salaire mensuel inférieur à 400 euros.

C'est y pas formidable, un pays de plein emploi, plein de travailleurs pauvres ?

@Cyrille,

Bien sur !
Mais l'un dépendant de l'autre.....

"SEUL LE RATIO ENTRE : 1° LA CRÉATION D’EMPLOIS PRODUCTIFS et 2° LA MASSE DES CHÔMEURS + RETRAITÉS + FONCTIONNAIRES + INACTIFS + ÉTUDIANTS.... Exprime la santé économique d’un pays."

bien des pays pauvres seraient dans le haut du classement en prenant ce ratio

@Scalpa,
Bon OK, j'ai oublié d'ajouter
"Toutes chose égales par ailleurs".

@Hugues,
Il y a une chose que j'ai de mal à comprendre.
Pour un entrepreneur, seule la réalité de la santé de l'entreprise compte:
Ou l'affaire est prospère, ou elle n'est pas prospère !
Il ne s'agit jamais d'une question de Moral, mais de réalité des chiffres.
Si la société est en déficit, la pire des solutions serait de faire semblant de l'ignorer.
On contraire un chef d'entreprise capable d'anticiper la faillite qui arrive, peut remettre en cause sa gestion, son attitude commerciale et prendre des décisions pour rompre le processus de déclin.
Comment la lucidité qui permet rompre le processus de déclin pourrait il être néfaste au niveau du Pays ?

Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré une fiscalité datant des 30 glorieuse !
Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré une fiscalité qui incite les patrons à faire des bénéfice personnels plutôt que de développer l’entreprise ou d’embaucher.
Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré la plus forte pénalisation du travail AU MONDE.
Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré des experts (de Télé) sans expérience d’une économie qu’il n’ont jamais pratiqué.

Quand allons nous nous réveiller ?

à Ozenfant
Où faites-vous passer la frontière entre emploi productif et emploi improductif ?
(Cela pour mieux comprendre votre ratio)

Bonne question, Melchior, on peut considérer comme productif tout ce qui fait partie de la chaîne de production depuis l'enseignement jusqu'à la commercialisation en passant par la recherche, la conception, les contrôles qualité, et les transports.

Ce qui compte aussi, est que la France est le pays industrialisé à la plus faible proportion d'actifs par rapport au nombre d'inactifs.... ce qui est bien plus réaliste que tenir compte d'une seule catégorie de chômeurs sur 8, pour en déterminer le nombre officiel !

à Ozenfant

Il me semble qu'il y a un risque de confusion si on ne distingue pas productif de plus-value et productif de valeurs d'usage. Les fonctionnaires sont-ils improductifs ? C'est selon. Il faudrait aussi moduler selon le degré de productivité...

à Hugues

Quand nous donneras-tu ton opinion sur ce morceau du préambule de la Constitution: "chacun(e) a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi" (c'est moi qui rajoute le (e), car nous sommes le 8 mars) ?

OK Merchior, mais ça n'enlève rien à ce que je disais avant:

"Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré une fiscalité datant des 30 glorieuses !
Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré une fiscalité qui incite les patrons à faire des bénéfice personnels plutôt que de développer l’entreprise ou d’embaucher.
Cela fait 30 ans que la France du travail survit malgré la plus forte pénalisation du travail AU MONDE.
Ce la fait 30 ans que la France du travail survit malgré des experts économiques (de Télé) sans expérience d’une économie qu’il n’ont jamais vraiment pratiqué."

à Ozenfant, Hughes et tous

Tout à fait d'accord pour donner à la France et à l'Europe la fiscalité dont elles ont besoin; on commence quand ? Le 17 au matin ? C'est que... il y a du boulot, hein !

@hughes

Pour information, quand je commente en économie, l'une des toutes dernières sources que je vais consulter est Libération.

Par ailleurs, il ne me semble pas avoir écrit que l'emploi augmente et baisse en même temps. Ou fait de remarque concernant la nature des emplois créés. J'ai écrit 5 lignes lapidaires résumant l'essentiel du phénomène.

Tout cela sent le prêt-à-penser mal digéré de quelqu'un qui n’est pas allé voir les chiffres de près. Allons-y voir.

Il y avait (France métropolitaine) 2 084 000 chômeurs au sens du BIT fin 2007 selon les nouveaux chiffres de l’INSEE, soit 415 000 de moins qu’au pic de chômage atteint début 2006 dans le cycle actuel. La prévision est un art difficile, certes, mais on peut dire qu’il y a de fortes chances pour que nous ayons atteint notre pic de croissance de l’activité dans le cycle ou que cela se produise très bientôt (le FMI prévoit 1.5% sur le PIB cette année, l’UE 1.7% et la BCE itou). Il y avait 2 050 000 chômeurs au sens du BIT à la mi-2001 (nouvelle série rétropolée), soit 750 000 de moins qu’au pic de chômage atteint dans le cycle de la seconde moitié des années 1990 début 1997 (il y avait une raison pour laquelle les Français avaient mis Jospin aux affaires…). Pour mémoire, au sommet du cycle précédent (1990), on était passé fugitivement en dessous de 2 000 000. Moralité, ceux qui croient que le chômage baisse spectaculairement actuellement n’ont pas de mémoire ou n’ont pas entendu parler de cycle des affaires, ou bien encore sont victimes du déferlement de satisfecit que s’accordent les politiciens lorsqu’il se passe un évènement heureux, qu’ils en soient responsables ou pas.

En résumé, le nombre de chômeurs est approximativement stable en moyenne depuis une vingtaine d’années, passant par des sommets et des minima au gré de l’évolution de l’économie dans le cycle.

En revanche, le taux de chômage atteint lors des minima du chômage a tendance à décroître quelque peu – pas énormément en fait, d’environ 0.2 points – de cycle en cycle (7.9% en 1990, 7.7% en 2001, 7.5% actuellement). C’est entièrement du à la population active, le dénominateur du taux de chômage.

Il est possible – tout est possible, hein – que le nombre de chômeurs baisse nettement en deçà de 2 000 000 au cours des trimestres ou années à venir. Cela serait très probablement à mettre en rapport avec le fait que la croissance de la population active va sans doute devenir négative d’ici 7 ans (projections de l’INSEE, à prendre avec des pincettes, ils font une hypothèse forte sur la flexion à la hausse des taux d’activité, notamment chez les seniors).

Pendant ce temps, je peux me tromper, car je ne connais naturellement rien aux chiffres, mais je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu que la croissance économique en France avait tendance à augmenter au-delà des fluctuations dans le cycle. J’avais cru remarquer dans mon ignorance qu’elle continuait à ralentir de cycle en cycle. C’est certainement un sentiment que ne partagent aucun de mes collègues.

Moralité, il ne suffit pas de se croire raisonnable pour dire des choses sensées ou vérifiées. Le mieux, c’est encore de regarder attentivement les chiffres en sachant les interpréter. Cela, ce n’est pas dans Libération – et plus généralement dans la presse - qu’on le trouve. Ce n’est pas du pessimisme ou de l’optimisme, ce sont des chiffres qui sont dans l’ensemble têtus. Sorry !

4degrésnord !

Ratiocinons, ratiocinons si vous voulez !

Il n'en reste pas moins que la France à la particularité d'avoir 500.000 ? Un million ? De jeunes, sortis de l'école à 14ans qui ne se sont jamais inscrits sur aucune demande de travail officielle !
Puis un million ? Deux millions ? De préretraités, habilement sortis des statistiques et cela est unique en Europe.

Si l'on est assez naïf, pour ne pas rajouter ce million de gens ainsi que de prendre en compte les 7 autres catégories de chômeurs non comptabilisés...
Alors il vaut mieux jouer aux billes que faire semblant de s'intéresser à la politique !

Cette naïve crédulité est le pléonasme qui décrit le mieux les lecteurs de la presse parisianiste !

Il est parfaitement vrai que notre presse écrite est une des + médiocres du Monde et que par son ignorance crasse des réalité, elle contribue plus qu’on ne le pense à précipiter notre lente glissade vers le statut de territoire touristique et de "Parc à thème".
Quand à notre audiovisuel son "toc" à nous amasser des "experts sans expérience" sur un plateau pour nous décrire un monde virtuel qui n’a jamais existé que dans leur tête est hallucinant.
Grâce à cette médiacratie vivant dans une perpétuelle excitation du scoop transparent.
Vivant dans la continuelle indignation morale induite par une langue de bois chronique roulant une pelle à la pensée unique du PS/UMP.... ("L’indignation morale est une stratégie pour conférer de la dignité aux imbéciles." disait Marshall Mac Luhan, le théoricien de la communication qui n‘était pourtant pas spécialement réactionnaire....)
Heureusement, que quelques organes de presse régionale surnagent sur cette fosse à purin qu’est la presse Parisianiste et l’audio-visuel.

Comment ? Que dîtes vous ?
Ah! Oui "Ce qui est exagéré est insignifiant ?"

Mais ce que je dis est à peine exagéré, et le fait de n’écrire que pour les sympathisants sectaires du PS ou de l’UMP (40% AU GRAND MAXIMUM de la population). Conduit à cette désolation d’autant plus grave que nos pauvres politiciens de deux bords croient dur comme fer à cette réalité virtuelle diffusée par ces organes malades.

"notre taux de chômage passe enfin sous la barre des 8% quand la norme occidentale est plutôt à 5%."

La norme occidentale est juste une mesure de l'avancement de l'appareil statistique a transformer des chomeurs en inactifs, pas quelque chose qui permets de comparer objectivement l'état du marché du travail dans le temps ou entre les pays.

Quelques chiffres :

""" Au quatrième trimestre 2004 selon l'OCDE le taux de chômage normalisé pour les hommes de 25 a 54 ans était de 4.6% aux USA et de 7.4% en France. À la même période et pour le même groupe, le taux d'emploi était de 86.3% aux USA et de 86.7% en France.

On constate donc sur ce groupe un taux de chômage 60% plus élevé en France qu'aux USA alors que plus de personnes travaillent dans le groupe choisi, ce qui est contre-intuitif si on s'attends à ce que le niveau de chômage reflète la situation du marché du travail.

Il faut donc bien se garder d'interpréter sans précaution les chiffres du chômage. En effet la définition du chômage repose sur la distinction fragile entre non-emploi d'un actif potentiel et l'inactivité, malgré les effort de définition et de normalisation cette mesure reste extrêmement subjective et donc influençable facilement par différentes politiques n'améliorant sans-doute pas véritablement la situation du marché du travail."""

J'ai refait un billet pour l'occasion :

http://guerby.org/blog/index.php/2008/03/09/179-le-new-york-times-lit-mon-blog

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004